Prise en charge du cancer du sein : un second avis peut tout changer…

Bien que faisant l’objet d’un grand nombre de publications, de guidelines, de congrès et de mises au point, la prise en charge du cancer du sein reste mal codifiée peut être justement à cause de ce foisonnement d’informations. Il peut donc être difficile pour une structure médicale éclatée faisant intervenir un grand nombre de praticiens de formation et d’expérience hétérogènes de proposer une prise en charge tenant compte de tous ces éléments par opposition à une équipe d’experts réunie dans un centre de lutte contre le cancer.

EA Newman et coll. ont repris 149 dossiers de patientes atteintes de cancer du sein pour lequel un traitement avait déjà été proposé et qui ont été adressées au cours d’une période d’une année à leur centre anti-cancéreux de l’Université du Michigan pour second avis. L’interprétation des documents iconographiques a été modifiée dans 45 % des cas - avec par exemple quelques cancers multifocaux passés initialement inaperçus - et celle des lames d’anatomo-pathologie dans 41 % des cas aboutissant à une révision de la stratégie chirurgicale dans, respectivement, 11 et 9 % des cas. Enfin, après discussion en réunion multidisciplinaire, une modification la prise en charge initialement retenue – technique du ganglion sentinelle, chimiothérapie néoadjuvante, etc. – a été changée pour 34 % des patientes indépendamment de toute nouvelle interprétation des données radiologiques ou anatomo-pathologiques.

Globalement, une seconde évaluation par cette équipe multidisciplinaire a donc abouti à une modification du protocole thérapeutique dans 52 % des observations.

Cette analyse montre donc que l’évaluation par un comité associant différents spécialistes du cancer du sein – chirurgiens oncologues spécialisés en pathologie mammaire, oncologues médicaux, radiologues spécialisés dans l’imagerie mammaire, radiothérapeutes - permet de dégager une fois sur deux une alternative à la proposition chirurgicale initialement retenue. Ce phénomène illustre à la fois l’absence de consensus dans la prise en charge de la plupart des cas de cancer du sein et d’autre part l’intérêt potentiel d’une évaluation par ce type de structure décisionnelle rassemblée en un seul lieu et à même de proposer son expertise et les avancées les plus récentes en matière de traitement.

Il reste à nous démontrer que cette approche hyperspécialisée améliore l’espérance de vie des patientes.

Dr Jean-Michel Brideron

Référence
Newman EA et coll. : « Changes in surgical management resulting from case review at a breast cancer multidisciplinary tumor board » Cancer. 2006;107:2346-51

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Prise en charge du cancer du sein : un second avis peut tout changer…"

    Le 22 décembre 2006

    La notion de recommandations de bonnes pratiques professionnelles basées sur des preuves "EBM" et l'EPP qui l'accompagne nécessairement devrait améliorer les chances pour les patientes. Pour avoir été sollicité par de nombreuses amies atteintes de KS, l'accès à une information pédagogique objective reproductible est encore loin d'être le cas général alors que l'angoisse des patientes les conduit à consulter plusieurs spécialistes dans plusieurs de nos grands centres. Le sens de ce travail ne peut qu'être bénéfique aux patientes.

    Anton Szymanowicz


Réagir à cet article