Record… de contaminations à Tokyo

Tokyo, le mercredi 4 août 2021 – Tandis que les Jeux Olympiques battent leur plein à Tokyo, le nombre de contaminations et les hospitalisations augmentent de façon inquiétante au Japon.

Des records qui tombent à la chaine, une organisation sans faille, une équipe japonaise qui accumule les médailles : à première vue, ces Jeux Olympiques de Tokyo semblent une réussite pour le pays du Soleil Levant. Pourtant, l’ambiance n’est pas à la fête chez les Japonais et au sein de leur gouvernement. Il faut dire que pendant que le monde entier a les yeux rivés sur les épreuves sportives, dans les coulisses, le Japon fait face à une situation sanitaire de plus en plus difficile. En un mois, le nombre de contaminations quotidiennes a fortement augmenté dans le pays, passant de 1 500 fin juin à 10 000 désormais, un record depuis le début de l’épidémie. Les trois quarts de ces nouveaux cas sont dus au variant delta.

Seulement 31 % des Japonais complètement vaccinés

Si le rebond épidémique actuel n’a pour l’instant eu aucun impact majeur en termes de mortalité (le Japon déplore moins de 10 décès par jour), les hospitalisations sont en revanche en hausse. A Tokyo, où le nombre de nouveaux cas a augmenté de 200 % la semaine dernière, de plus en plus de médecins craignent une rapide saturation des services de soins critiques. La mairie de Tokyo a d’ailleurs demandé aux hôpitaux d’augmenter rapidement leur capacité d’accueil en déprogrammant toutes les opérations non-urgentes. Une situation d’autant plus difficile à gérer que certains médecins et infirmiers tokyoïtes ont été mobilisés pour les Jeux Olympiques.

Pour faire face à cet afflux de patients à l’hôpital, le Premier Ministre Yoshihide Suga a pris une décision radicale : à partir de ce lundi 2 aout, parmi les sujets infectés par le Sars-CoV-2 seuls ceux souffrants d’une forme respiratoire sévère seront hospitalisés. Toutes les autres personnes atteintes de Covid-19 sont priés de rester isolés à domicile. Une mesure fortement critiquée par l’opposition. « Ils disent qu’il s’agit d’un traitement à domicile, mais en fait c’est un abandon à domicile » a dénoncé Yukio Edano, chef du principal parti d’opposition. Les autorités souhaitent également accélérer la campagne de vaccination, alors que le Japon présente l’un des taux de vaccination le plus faible des pays développés (seulement 31 % des Japonais sont complètement vaccinés).

Les Japonais se montrent désobéissants

Le rebond épidémique actuel a également conduit le gouvernement à remettre en place des mesures de restriction sanitaire dans les régions les plus touchées. Tokyo a ainsi été placé en situation d’état d’urgence le 12 juillet dernier. Les bars de la ville doivent désormais fermer leurs portes à partir de 20h et cesser de vendre de l’alcool dès 19h. Problème : l’interdiction est très peu respectée et dans les quartiers branchés de la capitale, les bars et les boites de nuit restent ouverts jusqu’à l’aube. Pour les chaines de restaurant et les grands établissements, l’amende de 2 500 euros en cas de violation de l’interdiction ne serait pas suffisamment dissuasive. Le gouvernement avait un temps envisagé de faire fermer les établissements récalcitrants, mais il a finalement dû reculer face à la bronca.

Il faut dire que le Premier Ministre Yoshihide Suga marche sur un fil. Les prochaines élections législatives auront lieu en octobre prochain et les sondages indiquent que les Japonais ont une très mauvaise opinion de sa gestion de la crise sanitaire.

Début juillet, 80 % des Japonais se déclaraient favorables à l’annulation des Jeux Olympiques. Mais pour le gouvernement, la ligne officielle reste la même : « les Jeux Olympiques n’ont eu aucun effet sur la résurgence de la contamination » assure le chef du gouvernement.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article