Réforme Blanquer : les infirmiers scolaires ne veulent pas de la tutelle des médecins

Paris, le mardi 7 mai 2019 - Les infirmiers scolaires sont en colère et le feront entendre aujourd’hui dans la rue.

Ils marqueront ainsi leur désaccord avec le projet de loi « Pour une école de la confiance » porté par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, actuellement en discussion au Sénat.

Retour à un système « obsolète, inefficace et inadapté » !

Le texte prévoit, en effet, d’instaurer des équipes pluriprofessionnelles de santé scolaire. Or, selon les syndicats d’infirmiers scolaires*, une telle mesure sonnerait comme un retour en arrière de plus de 30 ans et conduirait à placer les infirmiers scolaires sous l’autorité tutélaire des médecins, aboutissant à une « vision médico-centrée » de la discipline.

De tels services existaient jusqu’au début des années 80, lorsqu’ils ont été dissous par la représentation nationale qui les jugeait « obsolètes, inefficaces et inadaptés à l’école et à l’état sanitaire des jeunes ».

Les infirmiers sont d’autant plus remontés que l’article en cause a été rédigé par la députée de l’Eure Marie Tamarelle-Verhaeghe (LREM), ancien médecin scolaire qui, toujours selon les organisations syndicales, poursuit ici un « projet corporatiste et médico-centré de renforcement de l’attractivité des postes des médecins scolaires au détriment de la réussite scolaire des élèves ».

La méthode aussi, sans concertation, est vivement dénoncée.

Aussi, dans un courrier adressé aux parlementaires, les syndicats déclarent refuser : « de voir ressurgir ces équipes de "doublons" qui concentrent les moyens en personnel sur une tranche d’âge au détriment de tous les autres élèves. Ce serait un véritable gâchis dans le contexte budgétaire restrictif que nous connaissons. »

*SNIES (Syndicat national des infirmiers et infirmières éducateurs de santé) et le SNICS (Syndicat National des Infirmier(e)s Conseiller(e)s de Santé)

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article