Résistance à l’aspirine dans le diabète de type 2 : des liens avec le contrôle glycémique et l’obésité ?

Différentes études ont attiré l’attention sur la fréquence de la résistance à l’aspirine utilisée comme antiagrégant plaquettaire chez les patients à risque accru de maladie cardiovasculaire, qui pourrait toucher de 5 à 60 % des adultes, selon les populations soumises à analyse et selon la méthode de mesure. Certains travaux ayant suggéré en outre que la prévalence de la résistance à l’aspirine serait accrue les diabétiques, tandis que d’autres ne retrouvaient pas cette augmentation de prévalence, des auteurs américains ont cherché à préciser les relations entre résistance à l’aspirine et hémoglobine glyquée (HbA1c), obésité, dépression, chez des diabétiques de type 2.

Ces auteurs ont évalué la résistance à l’aspirine, par mesure du temps d’occlusion à l’analyseur PFA-100, chez 48 patients atteints de diabète de type 2, venus consulter en routine. La résistance à l’aspirine a été définie par un temps d’occlusion inférieur à 192 s.

Cette population d’étude de 48 diabétiques de type 2, dont la médiane d’âge était de 68 ans (56-77 ans), comptait 58 % de femmes, 10 % de fumeurs, 38 % d’obèses (indice de masse corporelle [IMC] supérieur à 30), et 31 % de patients dont le taux d’HbA1c atteignait ou dépassait 8 %. La médiane du temps d’occlusion au PFA-100 était de 281 s (216-300), et 11 patients (23 %) avaient une résistance à l’aspirine.

L’analyse associe, significativement, résistance à l’aspirine et taux d’HbA1c supérieurs ou égaux à  8 %, avec un odds ratio (OR) de 11 (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 2 à 54 ; p = 0,02) pour la comparaison aux patients dont le taux d’HbA1c était inférieur à 8 %.
Elle met en évidence une association significative entre résistance à l’aspirine et obésité (OR=7 ; IC95 de 2 à 33 ; p = 0,01). Les ajustements sur l’âge et le sexe n’ont pas modifié ces associations entre taux d’HbA1c, IMC dépassant 30 et résistance à l’aspirine.

La stratification selon l’utilisation ou non d’un traitement par l’insuline montre, chez les 16 patients sous insulinothérapie, que 60 % des patients ayant une résistance à l’aspirine avaient des taux élevés d’HbA1c ; cette proportion étant de 36,4 % chez les patients sans résistance à l’insuline observée. Les chiffres correspondants étaient, chez les diabétiques n’ayant pas reçu d’insulinothérapie, de 83,3 % versus 11,5 %.

L’analyse montre aussi une relation, limite, non significative, entre résistance à l’aspirine et existence d’au moins un symptôme de dépression (OR=8 ; IC95 de 0,9 à 66 ; p = 0,07).
En revanche, la résistance à l’aspirine n’est apparue significativement associée ni à l’âge ni au sexe, ni à l’ethnie, ni encore à la pression artérielle, à la cholestérolémie, ni au tabagisme.

Cette étude laisse apparaître une proportion importante de diabétiques de type 2, de 23 %, ayant une résistance à l’aspirine. Elle associe significativement la résistance à l’aspirine au contrôle glycémique médiocre et à l’obésité, et observe une tendance, non significative à une relation avec l’existence d’un symptôme dépressif ou plus. Elle appelle confirmation par des études prospectives et portant sur de plus grands effectifs de diabétiques, population à haut risque de mortalité de cause cardiovasculaire.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Cohen HW et coll. : Aspirin resistance associated with HbA1c and obesity in diabetic patients. J Diabetes Complications 2008 ; 22 : 224-8.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.