Schéma d’utilisation du paclitaxel et du trastuzumab dans le cancer du sein métastatique

Le groupe d’Étude du Cancer et de la Leucémie (CALGB) a initié en 1998 une étude de Phase III  pour comparer les résultats de l’administration hebdomadaire ou toutes les 3 semaines du paclitaxel dans le cancer du sein métastasé. Le protocole initial a été modifié en 2000, les femmes dont les tumeurs exprimaient fortement HER-2 (Human epidermal growth factor receptor 2) recevant alors également du trastuzumab. L’étude devait ainsi désormais répondre à la double question de savoir quel était le meilleur rythme d’administration du taxane et si l’addition de trastuzumab améliorait les résultats.

Au total, 735 femmes, vierges de chimiothérapie antérieure,  sont entrées dans l’étude. Elles ont été randomisées pour recevoir du paclitaxel hebdomadaire (80 mg/m²) ou toutes les trois semaines (175 mg/m²). Hormis les 171 premières malades incluses, dont le statut HER-2 n’avait pas été exploré, les patientes ont été réparties en deux groupes selon le statut HER-2.  Le trastuzumab a été  administré à toutes les femmes avec HER-2 +, tandis que les patientes n’exprimant pas HER-2 ont été randomisées pour recevoir ou non du trastuzumab. Ce dernier était administré à la dose de 4 mg/kg pendant les 90 premières mn, puis de 2 mg/kg pendant les 30 mn suivantes. Finalement 158 participantes ont reçu du paclitaxel seul et 577 du paclitaxel associé au trastuzumab.

Le taux de réponses a été nettement meilleur (42 %) en cas d’administration hebdomadaire de paclitaxel plutôt que toutes les 3 semaines (29 %) avec un délai moyen avant progression tumorale significativement prolongé (9 vs 4 mois).
Chez les femmes HER-2 négatif, l’association du trastuzumab n’a rien apporté notamment en terme de délai avant progression.

En analyse multivariée, après ajustement des données en fonction du statut HER-2, des récepteurs hormonaux, et de l’association ou non de trastuzumab, la supériorité du traitement hebdomadaire persistait, mais au prix d’une neurotoxicité plus fréquente.
En conclusion, le meilleur protocole d’administration du paclitaxel est de 175 mg/m² toutes les semaines.
Quant au trastuzumab, s’il reste indiqué en cas de surexpression tumorale de HER-2, il n’a pas d’effet en son absence et doit être réservé, en association avec le paclitaxel, aux malades qui n’ont pas reçu de chimiothérapie auparavant.

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Seidman AD et coll. : Randomized Phase III trial of weekly compared with every-3-weeks paclitaxel for metastatic breast cancer, with trastuzumab for all HER-2 overexpressors and random assignment to trastuzumab or not in HER-2 nonoverexpressors: final results of cancer and leukaemia group B protocol 9840.
J Clin Oncol., 2008 ; 26 : 1642-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.