Succès du libre accès des médicaments en pharmacie

Paris, le 15 octobre. Selon une étude Ipsos/Afipa sur le libre accès des médicaments en pharmacie publiée le 8 octobre dernier et menée auprès de 942 personnes âgées de 18 ans et plus, 90 % d’entre elles étaient informées de la mise en place de ce concept dans les officines et une sur 4 en avait déjà fait l’expérience. Les personnes interrogées considèrent, à 63 %, que cette mise en place du médicament en libre accès est positive. Et 54 % estiment que cela va leur faciliter la vie.

Le rôle du pharmacien

Ceci ne semble pas remettre en cause le moins du monde l’importance du rôle du pharmacien puisque, dans ce sondage, 75 % des personnes interrogées restent attachées au conseil du pharmacien.

Pour Vincent Cotard, président de l’Afipa (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une Automédication responsable), « ces chiffres confirment la satisfaction d’une attente des patients-consommateurs. Le libre accès, accompagné du conseil du pharmacien comme le prévoit le décret du 1er juillet 2008, répond à l’envie d’autonomie et de responsabilisation des Français. L’industrie poursuit ses engagements pour que soit offerte aux patients consommateurs une offre plus large et homogène de médicaments disponibles en libre accès ».


Pour aller plus loin

Liste des médicaments en accès libre

Questions/Réponses sur la médication officinale

Les 7 régles d’or de la médication officinales

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.