Thérapie cellulaire dans la SEP : Les cellules souches mésenchymateuses autologues en phase I

L’efficacité thérapeutique des cellules souches mésenchymateuses de moelle (CSM) a été démontrée dans l’encéphalomyélite auto-immune expérimentale, modèle murin de la sclérose en plaques. Une étude de phase I sur 24 patients (16 femmes et 8 hommes ; 46,5 ans en moyenne) conforte la faisabilité, l’innocuité, et la tolérance d’une transplantation i.v. de CSM autologues dans la SEP. Dans cette population, dix patients souffraient de SEP rémittente récurrente, et 14 de SEP secondairement progressive, le score EDSS moyen était de 5,2 et un quart présentaient des lésions rehaussées par le gadolinium. La transplantation (en moyenne 1,9 million de cellules en une seule fois après leur expansion ex vivo) a été bien tolérée et aucun effet indésirable grave ni aucune activation de la maladie n’ont été observés. L’absence d’amélioration est attribuée à la puissance insuffisance de l’étude.

Dominique Monnier

Référence
Cohen JA et coll.: Phase I trial of intravenous autologous culture-expanded mesenchymal stem cell transplantation in multiple sclerosis. 5th Joint Triennial Congress of the European and Americas Committees for Treatment and Research in Multiple Sclerosis - Joint ACTRIMS-ECTRIMS Meeting (Boston) : 10 - 11 septembre 2014.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article