Un médicament fabriqué par impression 3D autorisé par la FDA

Deux comprimés de Spritam

Blue Ash, Ohio, le mercredi 5 août 2015 – La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé une nouvelle formulation du lévétiracétam (Aprecia Pharmaceuticals Company), sous le nom de Spritam.  Cette nouvelle spécialité a la particularité d’être le premier médicament commercialisé au monde à avoir été fabriqué par impression 3D. Cette molécule n’est pas nouvelle et existe aux Etats-Unis et en Europe sous le nom de Keppra® (UCB Pharma). La FDA avait déjà approuvé la commercialisation de matériels médicaux, dont des prothèses élaborées à l'aide d'imprimantes 3D. Aprecia, société pharmaceutique américaine fondée en 2003, qui n'est pas cotée en bourse, prévoit de distribuer le Spritam à partir du premier trimestre 2016.

Imprimé un médicament en 3D, pourquoi faire ?

La compagnie  précise dans un communiqué que son système, baptisé ZipDose, peut produire des doses pouvant aller jusqu'à 1 000 milligrammes par comprimé, en « déposant », couche après couche, le principe actif, ce qui assurerait une meilleure concentration du produit.

Cette technologie permettrait d'obtenir des comprimés dont la dissolution, dans la bouche avec une simple gorgée d'eau, pourrait être plus rapide que celle d'un comprimé lambda.

Cela offrirait également la possibilité de concevoir des doses extrêmement précises en fonction du patient.

Ce comprimé devrait être intéressant pour les patients les plus âgés, confrontés à des problèmes de déglutition, et les plus jeunes.

La firme a également précisé vouloir développer d’autres médicaments produits grâce à cette technologie.

L’impression 3D de plus en plus utilisée en médecine

Cette technologie sert déjà à recréer des mâchoires, des dents, mais aussi des prothèses orthopédiques. Elle permet également de fabriquer de la peau humaine, et récemment une équipe chinoise s’est illustrée en greffant une vertèbre fabriquée avec ces nouveaux appareils.

L’espoir le plus important est de pouvoir fabriquer des organes pour la transplantation grâce à cette technique.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article