Un risque de fracture ostéoporotique accru sous neuroleptiques ?

Lors des traitements neuroleptiques, « en particulier avec la rispéridone », le niveau de la prolactine sérique peut augmenter, rappellent les auteurs d’une étude réalisée en Suède. Or un contexte d’hyperprolactinémie peut constituer un facteur de risque pour des fractures liées à l’ostéoporose. Le rapprochement de ces données a donc incité les auteurs à évaluer le risque de fracture dans une cohorte nationale exposée aux antipsychotiques en comparant l’incidence des fractures (non ouvertes) de la hanche ou du fémur liées à l’ostéoporose, chez des adultes (n = 38 211) ayant reçu de la rispéridone ou d’autres neuroleptiques typiques (n = 17 445) ou atypiques (n = 60 691), et en recourant à une régression de Cox (modèle à risque proportionnel)[1] pour estimer les rapports de cotes (HR) et les intervalles de confiance à 95 % [IC].

Des données rassurantes

Les auteurs observent que les patients recevant de la rispéridone sont en moyenne plus âgés que ceux recevant d’autres antipsychotiques atypiques ou typiques : pour chacun de ces trois groupes, les âges moyens sont respectivement de 68 ans, 44 ans et 63 ans. En ce qui concerne le risque de fracture, cette étude ne montre aucune association entre la rispéridone et les fractures liées à l’ostéoporose, ni dans les analyses globales (HR = 1,04 IC [0,91–1,19]), ni dans les analyses stratifiées par âge.

Pour les patients âgés de plus de 45 ans, un risque significatif persiste toutefois avec des neuroleptiques typiques (HR = 1,24 IC [1,07–1,45]), comparativement aux antipsychotiques atypiques.

En définitive, cette étude se révèle rassurante : la rispéridone ne semble pas être associée à un risque accru de fracture liée à l’ostéoporose, comparativement à d’autres neuroleptiques. Mais pour les neuroleptiques typiques, relativement aux antipsychotiques atypiques, un risque modérément élevé de fractures de la hanche persiste, probablement en raison de facteurs confondants résiduels.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gression_de_Cox

Dr Alain Cohen

Référence
Clapham E et coll.: Exposure to risperidone versus other antipsychotics and risk of osteoporosis-related fractures: a population-based study. Acta Psychiatrica Scandinavica, 2020:141; 74–83.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article