Une crise majeure pour unir des Etats dés-Unis

Le Pr Lewis Kaplan est chirurgien, enseignant hospitalo universitaire (Hospital of the University of Pennsylvania et Veteran's Administration Medical Center) et président de la Society of Critical Care Medicine américaine. Interrogé sur la progression de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis, retardée par rapport au reste des pays occidentaux, mais extrêmement rapide (188 592 cas et 4 056 décès le 31 mars 2020), il a préféré axer sa communication sur l'adaptation du système de soin américain à ce fléau.

Il note que l'évolution de la pandémie depuis Wuhan (Chine) en passant par l'Iran et l'Europe a permis aux médecins et décideurs américains d'observer « de loin », de se sentir de plus en plus concernés, de sauter finalement à pieds joints dans la crise, et de commencer à s'adapter.

Il est surprenant de voir comment le virus SRAS-cov2 a pénétré presque en même temps dans les grandes villes du Nord-Est et Nord-Ouest… Mais est-ce si surprenant quand on sait que ce sont les régions les plus dynamiques, notamment en termes de business et d'échanges internationaux ? Dans sa communication du 16 mars au Collège de France, le Pr Sansonnetti avait montré combien la carte des régions touchées était superposable à celle du trafic aérien intercontinental.

Seattle, New York, Boston, Chicago, la Nouvelle-Orléans, Los Angeles, Philadelphie… ces villes ont l'avantage de concentrer sur de mêmes lieux les structures et personnels de soin des services d'urgence, les matériels, les administrations et ressources, les personnels de sécurité, de nettoyage, d'approvisionnement alimentaire… Tous ont été mobilisés sur place en même temps.

Face à l'urgence, le praticien s'étonne que médecins de ville et hospitalo-universitaires collaborent, que les systèmes de santé publiques et privés communiquent, que des informations, compétences et matériels soient échangés d'un État à l'autre… ce qui est très inhabituel. Et ceci est d'autant plus important que les ressources sont réparties de façon très disparates d'un État à l'autre, d'un hôpital à l'autre. Le Pr Kaplan note aussi, fait sans précédent, que le gouvernement fédéral parvient à faire travailler ensemble les agences gouvernementales impliquées dans la gestion de crise : la FEMA (Federal Emergency Management Agency) qui assure l'arrivée des secours en situation d'urgence, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) principale agence fédérale de santé publique, la FDA (Food and Drug Administration) structure administrative pour les médicaments et denrées alimentaires, le HHS (U.S. Department of Health and Human Services) chargé de la politique en matière de santé… Ceci permet de simplifier les autorisations administratives (pour changer d'assignation des chambres ou services hospitaliers, des lits...), d'augmenter la fabrication de matériels, d'impliquer des sociétés professionnelles. Enfin, la mobilisation des populations, des industriels et des distributeurs témoigne d'un élan de générosité sans précédent.

Interrogé sur la suite attendue de l'épidémie aux Etats-Unis et sur l'existence ou non d'outils prédictifs, le Pr Kaplan précise que des outils et professionnels de l'information sont mobilisés pour tenter d'anticiper où distribuer prochainement les ressources appropriées, ceci dans le cadre du National Disaster Plan.

Véronique Canac

Référence
Kaplan L : World updates on the pandemic – USA. Congrès exceptionnel de l’ESICM (European Society of Intensive Care Medicine du 28 mars 2020 de 14 h à 20 h 45 non-stop (heure de Paris).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article