Vaccination : faut-il que la polémique Joyeux demeure ?

Paris, le samedi 20 juin 2015 – Le lancement en mai sur le site de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) d’une pétition promue par le professeur Henri Joyeux intitulée : « Vaccin obligatoire : les Français piégés par la loi et les laboratoires » a provoqué une déferlante de réactions sur la toile. Le JIM qui relayait l’information n’a pas échappé à ce mouvement : nous avons été étonnés de constater l’avalanche de commentaires suscités par notre article sur le sujet et plus encore de leur tonalité. Beaucoup reprochent à ceux (dont le JIM) qui s’insurgent contre les propos du professeur Joyeux de les déformer : l’objectif du praticien ne serait pas de dénoncer la vaccination en général, mais de s’inquiéter qu’il ne soit plus permis aux Français de respecter les obligations vaccinales qu’en acceptant l’utilisation d’un vaccin hexavalent (en raison de la pénurie des autres vaccins et du retrait du tétravalent) ajoutant à la protection obligatoire contre le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite, l’immunisation uniquement recommandée contre la coqueluche, le HiB et l’hépatite B. Or, l’impossibilité de satisfaire aux obligations légales sans recourir à ce vaccin mettrait en danger les jeunes enfants en raison de nombreux risques qui y seraient associés, énumérés par la pétition. Ainsi, le texte ne serait pas stricto sensu opposé au principe de la vaccination.

Le professeur Joyeux n’est pas un anti vaccin primaire ? Bas les masques !

Si les détracteurs de la pétition Joyeux et le JIM se sont permis ce raccourci, c’est qu’ils ne pouvaient guère douter des inspirations profondes de ses auteurs. Et aujourd’hui, la preuve en est désormais faite et il semble de plus en plus difficile de crier au procès d’intention.  Ce sont les auteurs du blog Rougeole Epidémiologie  que nous avions déjà cités sur le JIM qui le démontrent dans une réactualisation de leur premier article consacré à la pétition Joyeux. A la suite des rectifications apportées par de nombreux spécialistes et notamment par les scientifiques qui animent le blog Rougeole Epidémiologie, le professeur Joyeux a été interrogé par plusieurs médias sur l’existence d’un kit gratuit, DT-vax + imovax, mis à la disposition des médecins par les laboratoires Sanofi Pasteur permettant de répondre à l’obligation vaccinale au sein des familles présentant des contre-indications médicales ou des objections de différents ordres. A Top Santé qui le sollicitait sur ce point, le praticien a répondu : « La vraie question : ces 3 maladies DTP étant éradiquées grâce à l'hygiène publique, est-il nécessaire de maintenir la vaccination obligatoire ? Seuls certains enfants en ont vraiment besoin, ceux qui travaillent dans les écuries ou dans les sols souillés par du crottin de cheval. En ont également besoin les enfants vivant dans des pays en guerre ou l'hygiène publique est déplorable. Quant à dire que toute plaie exige une vaccination antitétanique, oui si elle est vraiment souillée, sinon pas nécessaire. C'est au médecin à en juger » (1). Ainsi, les véritables positions du professeur Joyeux semblent être révélées au grand jour. Les auteurs du blog Rougeole Epidémiologie  constatent : « Alors que dans la pétition, il semblait tenir les vaccinations contre la Diphtérie, le Tétanos et la Polio comme légitimes, voici qu'il les remet en question dès lors qu'il s'avère que des vaccins permettant de vacciner uniquement contre ces maladies sont disponibles. Se serait-il trompé de cible avec sa propre pétition? Est-il opposé à la vaccination en général ? » s’interrogent avec malice les deux auteurs qui écrivent anonymement sous les pseudonymes de Julie et Louise. Après avoir rappelé le caractère essentiel de la persistance des vaccinations contre ces trois maladies qui « ne sont pas éradiquées » et dénoncé le « sophisme » que représente l’opposition entre « vaccination et hygiène publique », elles poursuivent : « Chez les militants les plus acharnés, la pétition du Pr. Joyeux n'a pas fait le tabac escompté. Rappelons les propos du Pr. Joyeux : "Que feriez-vous si vous deviez vacciner votre bébé pour le protéger contre de graves maladies, mais que le vaccin normal, efficace et sûr, n'était plus disponible [..."] ». Les militants acharnés avaient compris, et on les rejoint sur ce point, que le Pr. Joyeux tenait la vaccination DTP pour indispensable. Eux qui apprécient justement l’absence du DTP, qu'ils considèrent comme un prétexte bien-venu pour refuser la vaccination, ont donc rejeté la pétition. Ils seront maintenant rassurés par ce revirement du Pr. Joyeux ». De la même manière, ceux qui défendaient que la pétition du Professeur Joyeux n’était nullement un tract anti vaccination en seront pour leurs frais avec cette explication.

Quand l’IPSN ne lit pas ses propres liens

L’existence de ce kit DT-vax + imovax a d’une manière générale beaucoup contrarié les zélateurs de la pétition Joyeux : cette solution semblant en effet rendre caduque la pertinence de leur appel solennel. Aussi, sur le site de l’IPSN, on relativise la portée de cette solution. « Des informations circulent par voie de presse évoquant l’existence d’un kit combiné DT-Vax + Imovax Polio qui serait fourni gratuitement et qui permettrait aux parents qui le souhaitent d’assurer la couverture vaccinale obligatoire (Diphtérie-Tétanos et Polio) sans vacciner contre des maladies supplémentaires et donc sans recourir aux vaccins hexavalents. (…) En réalité, (…) ce kit n’est nullement mis à la disposition des parents qui "ne souhaitent pas vacciner avec des valences non obligatoires pour des raisons de convenance personnelle", ainsi qu’il a été faussement rapporté. Cette contre-indication ne concerne qu’un cas très réduit de nourrissons, en cas d’antécédents d’allergie, de réactions intenses à d’autres vaccins, d’encéphalopathie évolutive, de fièvre (égale ou supérieur à 40 °C), d’affection chronique, d’affections graves de l’appareil pulmonaire. Nulle part il n’est mentionné par l’ANSM, ni sur le communiqué de Sanofi-Pasteur MSD, que ce vaccin serait donné gratuitement, ni même disponible tout court, pour les autres patients ». Cette réponse ne pouvait suffire à convaincre les très vaillants auteurs du blog Rougeole Epidémiologie qui remarquent que dans un lien cité par l’IPSN lui-même, on peut lire : « Le vaccin DTVax (vaccin diphtérique et tétanique adsorbé) est en rupture de stock depuis fin janvier 2015. Ce vaccin était disponible au sein d'un kit "DTVax + Imovax polio" envoyé gracieusement par Sanofi Pasteur MSD aux médecins demandeurs qui doivent vacciner des enfants de moins de 6 ans dont les parents ne veulent pas réaliser la vaccination contre la coqueluche ou présentant une contre-indication à la vaccination contre cette maladie ».

La vaccination obligatoire : une arme inespérée pour les anti-vaccins

L’ensemble de ces batailles force sans doute une nouvelle fois à s’interroger sur la pertinence de maintenir des obligations vaccinales. Sans se plonger dans ce débat, les auteurs de Rougeole Epidémiologie constatent incidemment : « Car effectivement, la vaccination obligatoire n’est pas une nécessité. De bonnes couvertures vaccinales sont obtenues dans les pays qui ne pratique "que" les recommandations. Et des vaccinations qui sont aujourd’hui recommandées (par exemple la rougeole, la coqueluche,…) sont tout aussi importantes que les vaccinations obligatoires ».

De son côté, l’ancien directeur général de la Santé, le professeur d’épidémiologie William Dab remarque sur son blog hébergé par le Monde que l’affaire de la pétition Joyeux est un exemple de la nécessité de relancer la réflexion sur la question de l’obligation vaccinale. Avant même cette tempête, William Dab observait dans une note récente : « Or, force est de constater que cette stratégie fondée sur un apparent bon sens n’est pas efficace et qu’elle est même devenue contreproductive. Ainsi, la couverture vaccinale n’est pas meilleure dans les pays qui ont recours à l’obligation légale. De surcroît, l’obligation alimente la résistance d’une fraction de la population, ce que montrent les enquêtes menées par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Elle donne prise à l’argument que l’obligation n’est qu’une question de bénéfice pour les firmes pharmaceutiques. Dans une société de méfiance comme l’est la France, ce que j’ai commenté à de nombreuses reprises, c’est une opinion qui pèse lourd dans le débat et qui a été amplifiée par l’affaire du vaccin contre l’hépatite B. En plus, comment expliquer rationnellement que certains vaccins très efficaces (coqueluche, pneumocoque, rougeole…) sont seulement recommandés, alors que la fréquence de ces maladies est plus grande que la polio, la diphtérie ou le tétanos » observe-t-il avant de conclure : « Il est (…) temps de faire le pari de la confiance en sortant de la stratégie de l’obligation. (…) Cette levée de l’obligation devrait faire l’objet de débats publics réguliers permettant aux différentes parties prenantes de confronter leur point de vue en prenant en compte les données épidémiologiques ».

Quelques jours plus tard, il voit dans la pétition Joyeux une démonstration du bien fondé de son argumentation. « Le point crucial ici est que l’obligation ne peut pas être respectée sauf à associer les trois vaccins obligatoires avec trois autres qui sont seulement recommandés. Ceci doit être expliqué. Faute de l’avoir été, on fournit des armes non seulement à ceux qui s’opposent à l’obligation, mais aussi et surtout à ceux qui combattent la vaccination elle-même qui doivent être satisfaits de cette opportunité inespérée de faire prospérer leur thèse dangereuse » remarque-t-il.

Quelle réponse pour s’immuniser contre ce genre de polémique ?

Enfin, outre le débat sur l’obligation vaccinale, les blogueurs signalent que cette polémique interroge sur la meilleure façon de répondre à une telle pétition qui contient, note William Dab, des « chefs d’œuvre de manipulation ». Une déconstruction opiniâtre, point par point, des mensonges perpétrés est la méthode employée sans relâche par les auteurs de Rougeole Epidémiologie ; ces dernières et William Dab semblant se retrouver dans la constatation que la réponse des pouvoirs publics a été pour l’heure inadaptée.

Pour connaître les longs développements de Rougeole Epidémiologie et de William Dab, n’hésitez pas à piquer ici :
rougeole-epidemiologie.overblog.com
http://securitesanitaire.blog.lemonde.fr/

(1)  Rappelons que le tétanos et la diphtérie ont quasiment disparu en France essentiellement grâce à la vaccination et qu'une non vaccination de la population conduit immanquablement à la résurgence de ces maladies comme l'a montré récemment l'exemple de la Russie après la chute du communisme.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (14)

  • Débat indispensable

    Le 20 juin 2015

    Où l'on constate la légitimité du débat, et à travers la polémique diverses mauvaises fois et procès d'intention qui nuisent au débat. On ne peut contester la nécessité d'éclaircir l'utilité et les modalités d'administration des vaccins, et l'on doit s'efforcer de vider la question complètement, la confiance de la communauté des parents est en cause, les réponses courtes ne sont pas satisfaisantes. Tout ce qui s'exprime par voie administrative est devenu suspect, dans tous les domaines. L'intervention du Pr Joyeux ma semble donc positive pour obliger le corps médical à s'interroger et fournir les réponses les mieux adaptées, une mise à jour est indispensable.
    Un paramètre à considérer, est que nos populations voyagent, compliquant l'analyse des risques, certaines maladies rares ici apparaissent à nouveau ailleurs et ne sont donc pas comme prétend souvent l'OMS, éradiquées.
    Marie-France Hugot

  • Libérer la parole

    Le 20 juin 2015

    Une polémique qui, comme ceci est fort bien écrit ci-dessus, tient à la défiance croissante des citoyens face à toutes les institutions. Une rançon des nombreuses erreurs liées à l'opacité des décisions dans des domaines aussi différents que les médicaments, le nucléaire et la politique en général. Toutefois, je m'interroge : qu'est donc allé faire notre confrère Henri Joyeux dans cette galère ? Éminent professeur de cancérologie, promoteur passionné de la nutrition parentérale chez des patients autrefois privés d’apports indispensables à leur guérison, le voici devenu tête de proue d'affirmations dont la scientificité est à juste titre mise en doute. Pourquoi ne pas laisser à ceux qui sont compétents dans ce domaine le soin de parler de ce sujet ? Il conviendra à mon avis de tirer la leçon suivante : pour restaurer la confiance, il faudra démocratiser nos institutions en libérant la parole enfin donnée à la compétence en excluant le souci permanent de l’image ou de la communication.

    Dr B Pradines

  • Un Pr de "santé naturelle"

    Le 20 juin 2015

    Bravo à A Haroche, mais c'est un peu long pour répondre à un Pr de "santé naturelle"dont les ficelles sont grossiéres comme le démontre les 2 décès récents de rougeole (RFA et USA )et le cas de diphtérie à Barcelone. Les vaccinations avaient pratiquement éradiqué le tétanos et la polio et depuis 20 ans la variole...etc etc

    DrJP Lamagnere

Voir toutes les réactions (14)

Réagir à cet article