Déclin cognitif léger : quels peuvent être les marqueurs d’un risque de conversion en maladie d’Alzheimer ?

Avec la possible arrivée de traitements modifiant l’évolution de la maladie d’Alzheimer (MA), l’identification de marqueurs aux stades précoces pourrait revêtir une importance plus grande encore. Quels sont les signes neuropsychiatriques prédictifs chez les sujets atteints de déficit cognitif léger (MCI  pour mild cognitive impairment) d’une conversion future en MA ?

Cent soixante et un patients avec MCI de plus de 40 ans ont été recrutés sur 6 ans dans un centre mémoire, après exclusion des malades atteints de maladies neurologiques, pour être suivis en moyenne pendant 27 mois. Un bilan somatique, biologique, d’imagerie et une évaluation neuropsychologique des fonctions basiques et instrumentales (MMSE, CAMCOG, CDR*) ont été pratiqués à l’inclusion. Les patients ont été revus à 6 et 12 mois et des signes neuropsychiatriques ont été recherchés par l’échelle BEHAVE-AD.

Soixante-seize pour cent des sujets inclus avaient au moins un symptôme neuropsychiatrique (32 %, 3 et plus), le plus souvent anxiété, perturbation affective, agressivité... Le taux de conversion en MA a été de 43 % et les patients concernés avaient un plus grand déficit cognitif initialement. Le score à l’évaluation neuropsychiatrique était significativement corrélé avec la sévérité clinique et le statut cognitif, le nombre de symptômes augmentant avec la gravité clinique. La fréquence des signes dépressifs et d’emploi des psychotropes ne différait pas dans les 2 groupes avec ou sans conversion. Après ajustement pour l’âge, le sexe, l’éducation, la dépression, les patients présentant une anxiété anticipatoire et une activité sans but avaient un risque 2 fois supérieur de conversion précoce en MA, mais pas indépendamment du statut cognitif initial.

Le fort taux annuel de conversion (19 %) observé ici pourrait s’expliquer en partie par un déficit cognitif initial plus important, un faible niveau d’études, la facilitation de l’inclusion de patients à forme amnésique par le pattern de l’étude. L’anxiété et la douleur mentale sont des facteurs prédictifs indépendants connus de déclin cognitif et agiraient peut-être par le biais d’une toxicité chronique sur les structures limbiques. L’apathie, l’un des signes neuropsychiatriques les plus fréquents dans les MCI, n’a pas été mesurée dans cette étude, or elle a été reliée à des conversions précoces et à un déclin cognitif plus agressif.

L’anxiété anticipatoire et l’activité sans but sont des marqueurs cliniques d’une conversion précoce en MA mais leur dépendance au statut cognitif initial n’exclut pas qu’ils puissent être des marqueurs de sévérité plus que des facteurs prédictifs indépendants de la progression de la maladie. Des études complémentaires seraient utiles pour clarifier leur utilité dans la MA prodromale.

 

*MMSE : Mini Mental State Examination ; CAMCOG : Cambridge Cognitive Examination ; CDR : Clinical Dementia Rating

Dr Anne Bourdieu

Référence
Gallagher D et coll. : Anxiety and behavioural disturbance as markers of prodromal Alzheimer’s disease in patients with mild cognitive impairment. Int J Geriatr Psychiatry., 2011; 26: 166-172

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article