Brésil : un vaccin contre l’addiction à la cocaïne en cours de développement

Paris, le vendredi 3 novembre 2023 – Au Brésil, un vaccin permettant d’inhiber les effets addictifs à la cocaïne ou au crack présente des premiers résultats prometteurs.

Deuxième plus gros consommateur de cocaïne au monde après les États-Unis, le Brésil est à la recherche d’un traitement contre l’addiction à cette drogue. Plusieurs chercheurs brésiliens sont ainsi en train de développer un vaccin, nommé « Calixcoca », visant à inhiber les effets addictifs de la cocaïne et du crack afin de faire durer l’abstinence des usagers.

Un vaccin thérapeutique pour lutter contre l’addiction

Ni une recette miracle ni un traitement à usage unique : ce vaccin thérapeutique a pour but d’aider « les personnes dépendantes à produire des anticorps qui empêchent la drogue d’agir sur le cerveau », explique le psychiatre Frederico Garcia, coordinateur de ce projet mené par l’Université fédérale de Minas Gerais. Le vaccin vise plus précisément le système de récompense afin de bloquer la sensation de plaisir suscitée par la cocaïne.

Les chercheurs pensent qu’en agissant sur cette zone du cerveau, le vaccin pourrait permettre de limiter la consommation compulsive et l’addiction, et donc d’augmenter les chances de faire durer l’abstinence.

Les scientifiques brésiliens ont indiqué que des premiers tests sur les animaux ont d’ores et déjà été menés, avec des résultats positifs sur les fœtus de souris. Une production importante d'anticorps a été observée, sans que les effets secondaires soient significatifs.

L’une des particularités de ce vaccin est que son antigène est fabriqué à partir de composants chimiques et non biologiques. Son coût de production est donc bien plus faible et le transport n’a pas à respecter la chaîne du froid.

Un complément intéressant aux solutions psychosociales de lutte contre l’addiction

L’équipe de Frederico Garcia insiste cependant sur le fait que ce « vaccin » thérapeutique ne serait en aucun cas une « panacée », mais plutôt une solution aux patients qui sont déjà abstinents et qui souhaitent le rester.

Surtout, ce nouveau traitement constituerait essentiellement un complément aux solutions déjà existantes contre l’addiction. « Il n’y a pas encore de traitement (médicamenteux) homologué spécifique pour lutter contre la dépendance à la cocaïne ou au crack. Aujourd’hui, on propose aux patients un suivi psychologique, une assistance sociale et éventuellement des cures de désintoxication », indique Frederico Garcia. Le vaccin viserait donc, par exemple, à éviter les rechutes après une cure.

Selon les données fournies par l’Institut national des États-Unis sur l’abus de drogues, un usager régulier sur 4 devient dépendant, et seulement 1 quart des patients souhaitant décrocher y parviennent après 5 ans de traitement.

En France, l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) estime à 600 000 le nombre d’usagers de cocaïne chaque année. Surtout, le nombre de consommateurs ayant expérimenté cette drogue a quadruplé ces 20 dernières années.

Raphaël Lichten

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article