Etudiant en médecine : après la Roumanie, la Croatie

Orléans, le vendredi 8 juillet 2016 - La prépa MOZ (Médecine Orléans Zagreb), propose pour 5 000 euros de préparer à partir de la prochaine rentrée des étudiants français à la première année de médecine puis d'intégrer 30 % d'entre eux à la faculté de Zagreb en Croatie pour le reste de leur cursus, afin de contourner le numerus clausus : « ces 50 étudiants maximums recrutés auront la chance de suivre une formation de haut niveau en adéquation avec la médecine internationale », explique cette "école". À l’issue de l'année, seuls les quinze meilleurs élèves obtiendront la possibilité d’étudier à l’université croate.

Le Pr Jean-Luc Dubois-Randé, président de la conférence des doyens a exprimé sa désapprobation dans les colonnes du Quotidien du médecin : « la conférence est totalement opposée à ce genre de pratiques. C'est une escroquerie comportant des risques pour l'avenir de l'étudiant, un abus de confiance des jeunes et de leur famille ».

Marie Reynier, rectrice de l'Académie Orléans-Tours a quant à elle saisi le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon :  « Le site ne pourra pas ouvrir ses portes à la rentrée car l'association ne rentre pas dans les clous de la loi Fioraso », souligne-t-elle.

Ces disposions prévoient une déclaration préalable, notamment au recteur académique. De plus, dans le cadre d'une formation médicale, un dépôt de dossier de demande d'agrément doit être fait au plus tard six mois avant la date d'ouverture de la structure, ce qui n’a pas été le cas ici de la prépa MOZ.

Plus généralement, concernant les difficultés grandissantes pour les étudiants français qui le souhaitent, d’effectuer des études de médecine dans leur pays et dans de bonnes conditions, laissons la parole à la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français), qui a conclu dans un communiqué sur cette "affaire" : « quelle faillite du système universitaire français ! Quelle faillite de l’ascenseur social ! »

FH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Titre racoleur inapproprié

    Le 08 juillet 2016

    "après la Roumanie, la Croatie avant l’escroquerie".
    Franchement le titre de votre article est honteux
    Le système croate que vous décrivez effectivement ressemble réellement à une escroquerie.
    Mais pourquoi le comparer aux études en Roumanie ? Cela n'a rien à voir
    Pour faire ses études en Roumanie (ou en Belgique ou au Portugal ou en Espagne ou Allemagne) on présente un dossier scolaire et éventuellement universitaire qui après étude de la fac concernée est accepté OU refusé. Oui vous lisez bien, tous les postulants ne sont pas intégrés. Ensuite il y a un cursus universitaire comparable aux programmes français. Notre pays manque de médecins et de chirurgiens dentistes car les études étant gratuites les gouvernements successifs depuis plus de 20 ans ont divisé par 2 les places universitaires pour faire des économies...On pourrait discuter longtemps... Mais arrêtez de tirer à boulets rouges sur des étudiants français qui ont le courage de partir faire les études pour lesquelles ils ont une vocation...On ne peut pas en dire autant de tous les praticiens issus de la filière française.

    Martine Bertou

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.