La souffrance des soignants s’est aggravée avec l’épidémie

Paris, le mercredi 29 avril 2020 - L’association Soins aux professionnels de santé (SPS) qui coordonne une ligne d’écoute à destination des soignants, vient de publier des données sur son activité pendant le confinement.

L’association met en avant qu’après « des semaines de mobilisation et d’un travail sous tension », les soignants expriment « une anxiété et un épuisement croissants ».

SPS note en effet que cette cinquième semaine de confinement (du 20 au 26 avril 2020) a été marquée par l’aggravation de la souffrance des appelants (2/3 de médecins et 1/3 d’infirmiers), et signale quatre appels avec un risque de passage à l’acte suicidaire imminent (contre un seul appel de ce type par semaine auparavant). Elle relève également l’augmentation continue de la durée des appels depuis le début du confinement, qui atteint aujourd’hui 23 minutes en moyenne, ce qui « démontre le besoin croissant qu’ont tous ces professionnels d’exprimer et de partager leur souffrance, leur anxiété et leur épuisement professionnel auprès de psychologues ».

On notera également les motifs d’appels qui dans…100 % des cas concernent directement ou indirectement le Covid-19 !

Un sentiment de déshumanisation

En outre, à l’épuisement des soignants, s’ajoutent « la souffrance de la disparition du lien au patient et la difficulté de communiquer avec les familles », témoignent dans les colonnes du Monde Jean-Paul Mira, Marie Rose Moro et Antoine Périer, réanimateurs à l’hôpital Cochin.

« Ce qui ressort de façon encore plus évidente dans les conversations avec les personnels les plus en souffrance, c’est la disparition du temps des soins. Celle-ci donne un sentiment de déshumanisation des actes, de par l’exigence d’efficacité dans ce contexte de surcharge de l’activité et d’angoisse de contamination. Le temps d’échange avec les familles est réduit drastiquement puisqu’elles ne peuvent plus venir voir leur proche hospitalisé. Le temps de communication, de contacts et de soins corporels aux patients, se dérobe du fait de la charge de travail et de la gravité des cas. En outre, le caractère homogène de la pathologie Covid-19, rendant les patients « semblables » et la prise en charge technique répétitive, empêche l’individualisation des soins en fonction du terrain » notent les praticiens.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article