La télémédecine au service du suivi des patients atteints d’un cancer

Paris, le 23 mai 2019 - E Dom Santé est une étude de faisabilité d’un suivi hebdomadaire en télémédecine de patientes atteintes d’un cancer du sein à un stade avancé. E Dom Santé avait pour objectif d’évaluer dans quelle mesure la télémédecine en cancérologie permettait d’éviter des consultations, des déplacements inutiles et des passages aux urgences.

Des patientes éloignées du centre anticancéreux

15 patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique habitant dans les Landes loin de leur centre de traitement (Institut Bergonié - Bordeaux) ont été incluses. Les patientes étaient connectées à l’équipe d’oncologie par l’intermédiaire d’une montre et d’une tablette numérique.

Via la tablette, les patientes répondaient à un questionnaire comprenant 10 items : douleur, sommeil, transit, appétit, dyspnée, état cutanéo-muqueux, moral/anxiété, fatigue, nausées/vomissements et poids. Chaque item était coté de 0 à 4 en fonction de l’intensité de la problématique ressentie par la patiente. L’équipe soignante intervenait à distance en cas de réponse cotée 3 ou 4 ou si une demande spécifique était formulée par la patiente.

La montre connectée, quant à elle, permettait de savoir si la patiente restait longtemps allongée dans sa journée, de détecter les chutes et l’activité. Les soignants des patientes (oncologue, médecin douleur du centre, médecin traitant, infirmière et pharmacien de la patiente, Cellule Territoriale d’Appui) échangeaient via une plateforme sécurisée. La qualité de vie, le degré de satisfaction des patientes étaient évalués chaque trimestre. Un tiers des patientes étaient âgées de plus de 75 ans et/ou n’avaient jamais utilisé d’ordinateur. Il n’y a pas eu de souci d’utilisation du matériel, mais il a été nécessaire d’apprendre aux patientes et à leur accompagnant à se servir des outils mis à leur disposition, dont l’ergonomie avait été adaptée.

Qualité de vie optimale, zéro hospitalisation en urgence

La qualité de vie a été stable ou s’est améliorée pour l’ensemble des patientes alors que la maladie progressait. Durant les deux ans de l’étude, aucun passage aux urgences n’a été observé. Concernant la satisfaction des patientes et des proches sur 27 questionnaires remplis, la satisfaction était considérée comme bonne ou excellente : écoute active, réactivité des soignants, patientes et proches rassurés, moins fatigués. Points négatifs : un manque d’espace pour les commentaires libres et les montres jugées inesthétiques…

La prochaine étape prévoit la réalisation d’une étude randomisée qui incluera 500 patients traités pour des cancers de mauvais pronostic habitant dans toute la Région Nouvelle Aquitaine.

Dr Emmanuel Cuzin

Référence
1 - Etude présenté aux "36 heures chrono : la cancérologie à l’ère du numérique", lors de la 15ème étape de la campagne "Faire avancer la santé numérique" (#FASN) lancée en janvier 2015, par le cabinet de stratégie Care Insight en partenariat avec Unicancer.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article