Effet de la Covid 19 sur le cycle menstruel : l’infection oui, mais la vaccination non !

Une inquiétude s’est manifestée chez les femmes, durant la pandémie, au sujet de l'impact sur le cycle menstruel de la vaccination contre la Covid 19. Qu'il s'agisse de modifications temporaires de la durée des cycles, de leur régularité, de la durée des règles ou de leur abondance, ou encore de la survenue de métrorragies ou de spottings, plusieurs études prospectives avaient rapporté des résultats discordants.

Afin de donner une information précise aux femmes qui devaient être vaccinées, une étude rétrospective a été menée au Royaume Uni, en mars 2021, auprès de femmes qui avaient été vaccinées et qui ont répondu à un questionnaire en ligne.

Près de 5 000 femmes en période d'activité génitale ont participé à l'étude. Avaient été exclues les femmes enceintes ou allaitantes, aménorrhéiques ou souffrant de troubles du cycle préexistant à la vaccination. Elles avaient été vaccinées soit avec le vaccin Astra-Zeneka, soit avec le vaccin Pfizer BioNTech.

Aucune modification des cycles dans 82 % des cas pour les femmes vaccinées

Quatre-vingt-deux pour cent des femmes ont déclaré n'avoir eu aucune modification de leur cycle menstruel à la suite de la vaccination. Parmi les 18 % qui ont signalé un changement : 6,2 % ont signalé plus de perturbations, 1,6 % moins de perturbations des cycles suivant la vaccination, et 10,2 % des modifications de la durée des cycles, de la durée ou de l'abondance des règles, ou des symptômes prémenstruels. Les modifications du cycle étaient plus rares chez les femmes sous contraception estro-progestative et plus fréquentes chez les fumeuses.

Par ailleurs l'observation d'un échantillon de 12 000 femmes vaccinées et non vaccinées durant la pandémie a permis de noter que la vaccination n'était pas associée à une variation significative de la durée des cycles, de leur régularité, de la durée ou de l'abondance des règles, sauf chez les femmes qui avaient été infectées par la Covid avant la vaccination.

Après la vaccination contre la Covid 19, les femmes antérieurement infectées par la Covid 19 avaient des règles plus souvent d'une durée plus longue (> 8jours) et plus abondantes, mais aussi plus souvent des spottings que les femmes sans antécédent d'infection.

C'est l'infection par la Covid 19 et non la vaccination qui peut être à l'origine de perturbations majeures du cycle menstruel, et ceci que les femmes atteintes aient été antérieurement vaccinées ou non.

Dr Catherine Vicariot

Références
Alvergne A et coll. : A retrospective case-control study on menstrual cycle changes following COVID-19 vaccination and disease. iScience. 2023 Mar 15 : 106401.
doi: 10.1016/j.isci.2023.106401.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Ha ha ha

    Le 24 mars 2023

    J'ai pas fait d'études mais je ne compte plus le nombre des patientes qui se plaignent de troubles du cycle après la vaccination! Tout le spectre de l'aménorrhée aux ménorragies et aux métrorragies complètement irrégulières avec ou sans contraception hormonale ou cuivre, alors qu'elles présentaient des saignements menstruels ou de privation réguliers ou plus de saignements jusque là !
    Quels sont les conflits d’intérêt des auteurs, dites nous tout !

    Dr Andrei Cepleanu, Gynécologue,Lausanne

  • Troubles du cycle et vaccination Covid, mauvais panel ?

    Le 24 mars 2023

    Il est étonnant de constater sur le terrain de nombreux troubles du cycle chez des vaccinées, n’ayant pas eu le Covid. Troubles qui persistent avec le temps. Probablement un mauvais panel, un mauvais concours de circonstances…
    Puisque les statistiques ne peuvent mentir !

    Dr D Archimbaud

  • Données VAERS

    Le 24 mars 2023

    Si l'on croit les données du VAERS (pharmacovigilance américaine) https://openvaers.com/covid-data/reproductive-health, les problèmes menstruels sont intervenus principalement depuis 2021. Si cela était dû au Covid, cela aurait dû commencer en 2020 non ?

    Franck Pichon

  • Algorithmes

    Le 25 mars 2023

    Ce doit être un effet des algorithmes sur internet qui, pour les publications scientifiques comme pour les publications médiatiques et les communications des politiques, me donnent l'impression que depuis le début on exagère les effets et conséquences de l'infection par le SARS-CoV-2, et on minimise systématiquement les inquiétudes et les conséquences des effets indésirables avérés des injections d'ARNm.
    Sûrement juste un problème de perception...

    Dr F Hugbéké

  • Étrange coïncidence

    Le 26 mars 2023

    L'autre jour, au centre d'accueil social où je travaille actuellement, vient une des extrêmement rares femmes à en franchir les portes.
    Et dans la discussion de me dire qu'elle a reçu trois vaccinations contre le covid19, et à chaque fois trois mois de perturbation importante de son cycle.
    À lire les commentaires ci-dessus, effectivement nous devons tous, ceux ayant écrit, vivre sur une autre planète.

    L Saint-Martin, IDE

  • Conclusion fausse

    Le 26 mars 2023

    Votre titre et votre dernière phrase (le COVID mais pas le vaccin) sont à la limite de la désinformation car ils contredisent le reste de votre article. C'est bien l'effet du vaccin après l'infection qui est étudié et pas l'infection seule. On peut aussi supposer que ces femmes jeunes n'avaient pas reçue de rappel en mars 2021 : peut-être retrouvera-t-on le même effet après rappel qu'après infection + injection ?
    Més-interpreter à ce point les données d'une étude n'est pas faire preuve d'esprit scientifique !

    Dr J-C Mauchauffée

  • Etude invalide

    Le 27 mars 2023

    Cette étude citée en référence n'a pas été conçue pour détecter les problèmes de cycles menstruels donc elle est invalide !
    Il y a plus de 100 questions auxquelles répondre par sondage internet et la dernière concerne très vaguement les troubles du cycle.
    De plus il y a une erreur (ou imprécision) dans le tableau 2 qui le rend interprétable : impossible de distinguer les vaccinées et les non vaccinées.

    H Banoun, PhD, PharmD

  • Les irrégularités menstruelles...

    Le 27 mars 2023

    ... ont dans la population générale (hors covid, vaccination ou autre) une incidence allant de 80 % chez la jeune fille et la femme en préménopause à 5-10 % chez la femme "normale" sans contraception hormonale. Il suffit de demander à sa voisine pour en avoir la confirmation.

    Dr E Orvain

    Dans ces conditions de fréquence, cette étude ayant justement portée sur des femmes vaccinées en prémenopause (il suffit de lire l'abstract) et n'ayant pas été randomisée, ses résultats sont extrémement suspects, pour ne pas dire sans interet scientifique.

    Comme aussi les remarques qu'on lit ici : "j'ai eu UNE patiente, alors que je n'en vois JAMAIS, qui m'a parlé de ses troubles menstruels, et, devinez quoi, elle été vaccinée contre le covid (comme 75 % de la population française)" Donc, dans cette étude, 100% des vaccinées ont des troubles menstruels ???

    Essayer de tirer des conclusions sur l'incidence des irrégularités menstruelles alors que c'est une situation eminément fréquente (et pas pathologique) et sous dépendance cérébrale (l'hypophyse c'est dans le cerveau, et c'est sensible à l'humeur...) relève plus de la boule de cristal que d'études mal conduites ou de syllogismes trompeurs.

    Dr E Orvain

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.