Faux passes sanitaires : des pompiers relaxés après avoir été vaccinés

Huit sapeurs-pompiers ayant exercé dans des vaccinodromes ont été condamnés ce lundi à des peines allant de trois mois à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Fontainebleau pour avoir créé de faux passes sanitaires pour eux ou leurs collègues. Quatorze autres pompiers ont été relaxés en vertu du système de « repenti vaccinal » qui permet au prévenu d’échapper aux poursuites s’il accepte de se faire vacciner.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Le "repenti vaccinal"

    Le 23 novembre 2022

    Donc pour échapper à un éventuel emprisonnement on peut en vertu du "repenti vaccinal" être acquitté si on accepte les risques de la vaccination expérimentale ! C'est du sanitaire ça ? Vraiment ?

    A Verbeiren, IDE

  • Sanitaire 2

    Le 24 novembre 2022

    Comme le commentaire de A Verbeiren le souligne, je me demande où est le sanitaire quand je lis cette rhétorique.
    "Repenti vaccinal", mais que veut dire ce terme ?
    J'ai l'impression de lire un reportage sur des maffieux, ou encore ça me rappelle certaine littérature sur la seconde guerre mondiale et la période sombre de l'occupation. Quand d'ailleurs je lis que la police convoque les suspendus non vaccinés, je me demande si le sanitaire est encore le but de la chose.
    Et je trouve cela humainement et éthiquement choquant.

    L Saint-Martin, IDE

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.