La chute de la maison Raoult

Marseille, le mardi 14 juin 2022 – L’ANSM a édicté une série de mesures et prononcé des sanctions à l’encontre de l’IHU de Marseille dirigée par le Pr Didier Raoult.

Plus de deux ans après s’être rendu célèbre en défendant l’utilisation de l’hydroxychloroquine (HCQ) contre la Covid-19, le Pr Didier Raoult est toujours sous le feu des projecteurs, pas nécessairement pour de bonnes raisons. Depuis plusieurs mois, le scientifique marseillais est accusé d’avoir violé à plusieurs reprises la très stricte législation sur les recherches impliquant la personne humaine (RIPH). Trois études menées au sein de l’Institut Hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille qu’il dirige ont notamment été pointées du doigt, l’équipe du Pr Raoult et son équipe ayant conduit ces recherches sans avoir obtenu l’autorisation préalable d’un comité de protection des personnes (CPP), comme la loi le prescrit.

Un projet de recherche suspendu

En avril dernier, l’Agence de sécurité sanitaire (ANSM) avait déjà rendu un rapport au vitriol sur ces expérimentations « sauvages », menaçant l’IHU et son autorité de tutelle, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), de sanctions administratives si les recherches menées n’étaient pas mises en conformité avec la loi. Face au manque de réactivité de l’IHU, l’ANSM n’a pas eu d’autre choix que de prendre une série de mesures contraignantes ce lundi.

En premier lieu, l’ANSM a décidé purement et simplement de suspendre un projet de recherche consacré à l’acquisition de pathologies associées aux voyages chez des étudiants en médecine. Cette étude, qui impliquait des prélèvements vaginaux et rectaux sur les patients, n’avait pas fait l’objet d’une demande d’autorisation auprès d’un CPP. Aucun nouveau participant ne pourra être inclus dans la recherche et plus aucune donnée collectée ou analysée. Les patients déjà inclus vont être informés de cette décision, ainsi que les revues scientifiques ayant publié les résultats de cette étude, afin qu’elles les rétractent.

L’IHU quasiment placé sous tutelle

L’ANSM a également décidé de prendre contre l’IHU et l’AP-HM des mesures préventives pour éviter toute nouvelle violation de la réglementation sanitaire, qui s’apparentent à une quasi-tutelle. Les deux organismes se voient ainsi enjoints de « mettre en œuvre un programme de formation du personnel concerné à la réglementation des RIPH qui devra être dispensée par un organisme extérieur », ce qui signifie en creux que l’ANSM considère que le Pr Raoult et son équipe ne sont pas suffisamment formés en la matière.

En outre, l’ANSM indique que désormais, l’IHU aura l’obligation, avant de mener tout projet de recherche, de qualifier ce projet au regard du code de la santé publique et de consulter un CPP et éventuellement l’ANSM afin d’obtenir leur avis favorable « dans le but d’assurer la protection des personnes qui se prêtent à la recherche ». Enfin, l’IHU devra désormais « systématiquement fournir à l’ANSM, dans un délai d’un mois, des bilans exhaustifs sur les publications référencées et les recherches prospectives et rétrospectives en cours » ainsi qu’un bilan des recherches effectuées lors des cinq dernières années.

L’ANSM le précise, cette batterie de mesures ne clôt pas le dossier de l’IHU. D’autres investigations sont en cours, notamment concernant des essais menés sur des traitements alternatifs à la tuberculose sans que le consentement des patients ait été correctement recueilli.

En outre, le procureur de la République a été saisi des divers manquements à la réglementation sanitaire observés. Rappelons que le Pr Raoult, qui devrait prendre sa retraite à l’IHU cet été, doit également prochainement être jugé en appel par le conseil de l’Ordre à la suite du blâme reçu en décembre dernier. Didier Raoult n’a donc pas fini d’alimenter la controverse et la polémique.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (32)

  • Eh oui...

    Le 14 juin 2022

    Toutes les "données", tous les graphiques sur sa chaîne YouTube étaient-ils exacts ?
    Les soupçons et alertes n'ont pas manqué en cette folle période de pandémie.
    On ne peut avoir été et être.

    Pr André Muller

  • Vos sources sont-elles sures ?

    Le 14 juin 2022

    Première petite précision concernant l’étude avec les prélèvements rectaux et vaginaux il s’agissait d’auto prélèvement. Je ne sais pas si on peut vraiment pratiquer un auto prélèvement contre sa volonté. Deuxièmement il s’agit d’un article extrêmement partial et orienté, toujours dans le même sens, un peu comme une mauvaise série qui n’en finit jamais. Je vous signale à tout hasard que les poursuites sur les fameux essais sauvages sur la tuberculose ont été abandonnées puisqu’il n’y avait absolument rien mais vous omettez complètement de le signaler dans votre article à charge. Enfin là où ça devient proprement délirant c’est quand vous expliquez que l’ANSM organisme dont on connaît les faiblesses et les lacunes, va tout simplement chapeauter la recherche de L’IHU alors là c’est le pompon. Je pense que vous auriez dû prendre attache auprès de l’avocat du professeur Raoult Maître Massimo Bianchi qui vient récemment d’assigner l’ANSM, Olivier Véran, Média part et Edwy Plenel en diffamation. J’espère que vos sources sont sûres. Mais le plus dramatique dans cette histoire c’est que L’IHU, fleuron de la recherche française est en train de couler pour des questions d’ego et de labo probablement, tout cela sous le regard réjoui de certains médecins, simplement parce qu’il s’agit de Raoult et sans voir le drame qui se joue. AFFLIGEANT mais probablement symptomatique de notre époque.

    Dr Vincent Bentolila

  • Ubu roi

    Le 15 juin 2022

    Pourquoi embêter un confrère qui n'a tué personne; qui n'ose rien n'a rien. Dans son cas l'effet placebo entraine une amélioration dans 40 pour cent des cas; on ne parle pas des effets antiviraux de l'azythromycine.

    Dr Didier Raynal

Voir toutes les réactions (32)

Réagir à cet article