Des résultats prometteurs pour un traitement personnalisé de l’asthme chez l’enfant

C’est une première qu’a présenté Tom Ruffles (Brighton & Sussex Children’s Hospital, Grande Bretagne) avec les résultats d’une étude suggérant que les symptômes d’asthme chez l’enfant pourraient être mieux contrôlés avec des traitements personnalisés sur base génétique. En effet, Partant du constat que si de nombreux médicaments sont efficaces chez l’enfant asthmatique, ils ne donnent pas de résultats probants chez tous ces derniers, une étude menée par l’unité d’essais cliniques de Tayside à l’Université de Dundee (Royaume-Uni) a inclus 241 enfants âgés de 12 à 18 ans traités pour asthme par leur omnipraticien. Ces enfants ont été assignés au hasard pour recevoir, après une période de 4 semaines avec corticostéroïde inhalé uniquement, un traitement selon les recommandations officielles (bêta-2 mimétique avec/sans corticoïdes) (n=120), ou du montelukast avec/sans corticoïdes pour les enfants avec le génotype rs1042713 (n=121).

Ce génotype a été choisi car on sait que 34 % des enfants présentant l’allèle A du gène codant pour les récepteurs bêta-2 (ADRB2) en position 16 (rs1042713) par substitution de la glycine par de l’arginine sont à risque élevé d’exacerbation malgré un traitement par corticostéroïdes et LABA (bêta-agonistes à longue durée d'action). Cette mutation peut être aisément détectée à l’aide d’un test peu coûteux (20€ environ par test). Les chercheurs ont suivi ensuite ces enfants durant un an et évalué régulièrement leur qualité de vie, et l’impact qu’auraient les symptômes de l’asthme sur les activités de la vie quotidienne.

Amélioration moyenne de 0,42 du score de qualité de vie chez les porteurs de 2 copies de l’allèle A

Avec un certain regret, ils n’ont constaté qu’une très faible amélioration des symptômes lorsque le traitement était personnalisé : 0,16 points sur une échelle qui allait de 1 à 7.

Cependant, une analyse spécifique des enfants qui avaient deux copies de l’allèle A a montré un avantage plus marqué, avec une amélioration moyenne de 0,42 de leur score de qualité de vie. Cet effet modeste en moyenne pourrait être lié au fait que l’asthme des enfants était généralement très bien contrôlé et que seuls quelques enfants présentaient des symptômes graves au cours de la période de suivi (12 mois). Les chercheurs ont également constaté un plus faible taux d’exacerbations (8,3 % contre 15,3 %, p=0,08) et une augmentation du délai avant exacerbation (225,7 jours contre 141,5 jours, p=0,102) avec le traitement personnalisé.

Des essais de plus grande envergure, axés sur les enfants dont le contrôle de la maladie est pauvre, devraient aider à déterminer le véritable avantage pour les enfants de prescrire sur base de la génétique, concluent les auteurs.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Ruffles T. et coll. : Effect of controller prescribing according to rs1042713 genotype on asthma related quality of life in young people (PACT): a randomized controlled trial. 30ème congrès annuel de la Société Européenne de Pneumologie. Du 7 au 9 septembre 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Plaisanterie ?

    Le 11 septembre 2020

    Le titre:"Des résultats prometteurs pour un traitement personnalisé de l’asthme chez l’enfant "
    Le résultat: 0,47 d'amélioration de la qualité de vie sur une échelle de 1 à 7.
    C'est une plaisanterie ?

    Dr Roland Plumeau

Réagir à cet article