Prendre en charge le diabète dans les populations affectées par des crises humanitaires

Le diabète est une des maladies non transmissibles (MNT) dont l’incidence reste à la hausse alors même que des traitements existent et que le diabète de type 2 peut être prévenu en modifiant certains modes de vie.  

Jusqu’à présent, le diabète et les autres maladies chroniques ont été peu pris en compte dans les crises humanitaires et on ne sait comment appréhender ces pathologies chroniques dans de telles situations. Le diabète à été choisi comme première MNT à considérer dans ces situations d’urgence car le diabète de type 1 met en jeu le pronostic vital des malades. De plus, la gestion du diabète est si complexe et globale (besoin d’approvisionnements en médicaments essentiels, nécessité de continuité des soins, gestion des comorbidités, prévention des complications etc.) et nécessite de telles infrastructures médicales que développer la prise en charge des patients atteints de diabète de type 1 permettra d’assurer les soins pour d’autres MNT.

Assurer un accès universel à l’insuline et autres médicaments essentiels

Pour apporter un début de réponse aux besoins identifiés et mieux comprendre les barrières pour traiter cette pathologie en situation d’urgence, un meeting qui rassemblait  humanitaires et autres acteurs de la santé, a été organisé à Boston. Quatre principaux objectifs pour les 3 ans à venir y ont été définis :

(1) unifier et renforcer le plaidoyer en faveur de la prise en charge du diabète, plaidoyer qui doit notamment s’adresser aux bailleurs de fonds et aux gouvernements, pour promouvoir un droit à l’insuline et pour inclure les soins aux diabétiques dans les réponses aux crises humanitaires.
(2) assurer un accès universel à l’insuline et aux autres médicaments essentiels, ainsi qu’au matériel de diagnostic dans les crises humanitaires. Cet objectif comprend à la fois un aspect opérationnel pour assurer l’approvisionnement et la qualité des traitements et des matériels de diagnostic mais aussi un large recueil d’informations sur les conditions de conservation de l’insuline et des tests de glycémie dans les situations d’urgence humanitaire.
(3) définir des guides standard cliniques et opérationnels de prise en charge des patients diabétiques dans les crises humanitaires, et ce après avoir testé différents modèles. L’innovation dans ce domaine est promue.
(4) améliorer la gestion des données et la surveillance.

Les besoins de santé des populations affectées par des crises humanitaires changent et les réponses apportées doivent  évoluer, tout en continuant à renforcer les systèmes de santé des pays à faibles et moyens revenus affectés par ces crises.

Béatrice Mounier

Référence
Kehlenbrink, S and coll. : Diabetes in humanitarian crises: the Boston Declaration. Lancet Diabetes Endocrinol.,2019 ; 7 : 590-592. doi: 10.1016/S2213-8587(19)30197-4.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article