Contre les douleurs d’arthrose, la recette du curcuma ?

Plus qu'une simple maladie d'usure, il est maintenant reconnu que l'arthrose résulte de multiples facteurs, mettant entre autres en jeu des médiateurs pro-inflammatoires, une dérégulation métabolique, des forces biomécaniques et les altérations du métabolisme tissulaire local.

Pour schématiser, lors de la perte initiale de l'intégrité du cartilage, les changements de composition de l'articulation augmentent la vulnérabilité aux impacts physiques ultérieurs. Alors que les lésions articulaires évoluent, l'activité des chondrocytes augmente, entraînant une dégradation secondaire et une activation des médiateurs pro-inflammatoires. Pris ensemble, ces mécanismes suggèrent que l'inflammation joue un rôle prépondérant dans la pathogenèse de l'arthrose. La douleur arthrosique se traite habituellement par la prise d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) par voie orale ou locale, ou par des injections intra-articulaires de corticoïdes ou d’acide hyaluronique, non exempts d’effets secondaires. Mais quelles autres alternatives existent ? Les auteurs d’une revue systématique proposée dans BMJ Open Sport & Exercise Medicine, ont cherché à déterminer si la supplémentation en extrait de curcumine affecte la douleur et la fonction physique chez les personnes souffrant d'arthrose du genou. Le curcuma est en effet un nutraceutique largement utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires, et des études in vitro ont montré qu’il pouvait moduler la réponse immunitaire NF kappa bêta de la même manière que les AINS.

Mêmes résultats que les AINS et sans effet indésirable

Dix études ont été incluses dans l'analyse, sachant que 8 avaient une qualité méthodologique élevée et 2 une bonne qualité, et un score de qualité CONSORT moyen de 21,1. D’après la synthèse des résultats, les 10 études ont montré une amélioration de la douleur et de la fonction par rapport à la valeur de départ avec un traitement au curcuma (p ≤ 0,05). Dans trois études comparant le curcuma aux AINS, il n'y avait aucune différence dans les scores finaux (p > 0,05). Dans tous les cas, aucun événement indésirable significatif n’a été rapporté avec le curcuma.

D’après cette méta-analyse, le curcuma semble donc apporter un bénéfice par rapport au placebo sur la douleur et la fonction du genou arthrosique. Qui plus est, sur la base d'un petit nombre d'études, les effets sont similaires à ceux des AINS pour la douleur et la fonction.

Les variables telles que le dosage optimal, la fréquence et la formulation ne sont pas complètement définies actuellement. Il est établi que la biodisponibilité du curcuma est faible et nécessite des doses adaptées pour un effet thérapeutique optimal. Il existe probablement un index thérapeutique basé sur des facteurs de biodisponibilité lié à des additifs à prendre en compte lors de l'administration. Pour autant, ces nouvelles données soutiennent l'utilisation du curcuma chez les patients souffrant gonarthrose, et ce sans effets secondaires graves.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Paultre K, Cade W, Hernandez D, et coll. : Therapeutic effects of turmeric or curcumin extract on pain and function for individuals with knee osteoarthritis: a systematic review. BMJ Open Sport & Exercise Medicine 2021;7:e000935. doi: 10.1136/bmjsem-2020-000935

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Potentialisation par le poivre

    Le 12 mai 2021

    S’il en va de même que pour ses effets anticancéreux en particulier sur le cancer du colon prouvés chez le rat par le Dr Gingras au Canada il faut rajouter du poivre afin de potentialiser l’effet de la curcumine et de petites doses suffiraient pour multiplier l’effet par ... 2000 !
    Enfin ne pas oublier le brocolis nutraceutique (quel vilain mot) fameux de prévention du cancer du colon selon cet auteur.
    Dommage que les enjeux financiers ne permettent pas la rémunération des découvertes par les états autrement qu’en remboursant ceux qui consomment des médicaments classiques produits et vendus dans des gélules en évitant toujours de rembourser la phytothérapie ou les oligo-éléments !

    Dr François Roche

  • Curcuma + poivre noir = soulagement

    Le 12 mai 2021

    Il semble qu'il a été observé que les Hindous,qui en mettent beaucoup dans l'alimentation (curry) soient beaucoup moins sujets aux "vieilles douleurs". Surtout en associant le poivre noir. Des clients de mon officine y ont recours, et sont très prosélytes.

    Maignan (Pharmacien)

Réagir à cet article