La recette d’une bonne préparation avant la chirurgie colorectale

Les sepsis sur site opératoire (SSO) sont des complications fréquentes (15 à 30 %) et graves de la chirurgie colorectale (CCR) et tous les efforts doivent être entrepris pour en réduire le taux. Parmi les nombreuses mesures envisagées, le rôle classique de la préparation mécanique du côlon (PMC) et de la prise d’antibiotiques oraux (PAO) en préopératoire a donné lieu à des controverses, certains se contentant d’antibiotiques IV et rejetant la PMC comme incommode et dangereuse. Des études récentes ont démontré qu’une préparation colique complète (PCC), c’est à dire combinant PMC et PAO aboutissait à une diminution du taux de SSO. Les auteurs du Missouri rapportent leur expérience en CCR à froid (voie ouverte ou cœlioscopique).

Leur équipe a mis au point à partir de 2013 une préparation comportant, à domicile, une PAO (néomycine et métronidazole), 2 laxatifs (PMC), une douche avec un antiseptique bactéricide, à l’hôpital une tonte des poils dans la zone d’attente au bloc et une toilette cutanée à la chlorhexidine alcoolique, et, en peropératoire, une aspersion du champ par des antibiotiques et un soin particulier lors de la fermeture pariétale (changement de casaques et de gants, nouveaux champs, nouveaux instruments, irrigation d’antibiotiques).

Les antibiotiques, les laxatifs et la douche antiseptique mais pas la tonte des poils !

Les taux de SSO avant et après la mise en place de ce protocole ont été comparés.

Il a pu être ainsi constaté une chute spectaculaire du taux de SSO, passé de 21 % en 2011 à 9,7 % en 2013 et 6,2 % en 2015 (19 cas sur les 307 patients). Les facteurs de risque de SSO les plus importants ont été le degré de contamination de la plaie opératoire et la présence d’une stomie avant l’intervention (rétablissements de continuité digestive), et, facteur plus surprenant, le sexe masculin (14 des 19 infectés étaient des hommes).

Les effets des divers éléments de la PCC ont été étudiés séparément et il a été établi que les plus efficaces en matière de réduction des SSO étaient la PAO, la PMC et la douche antiseptique. En revanche, la tonte des poils en salle d’attente n’a aucun impact. On a aussi remarqué que la PAO ou la PMC isolées n’amélioraient pas les suites et que seule leur combinaison apportait des résultats, même après ajustement en fonction des facteurs de risque (contamination de la plaie opératoire, stomie, sexe).

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Ohman KA et coll. : Combination of oral antibiotics and mechanical bowel preparation reduces surgical site infection in colorectal surgery

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article