Y a-t-il un risque métabolique avec le DIU hormonal au lévonorgestrel ?

Les DIU hormonaux occupent une place importante en contraception parmi les LARCs (Long Acting Reversible Contraceptive), dont l'usage progresse aux dépens des contraceptifs oraux. On dispose actuellement de trois DIU hormonaux ; ils contiennent un progestatif dérivé de la 19-nortestostérone, le lévonorgestrel (LNG), à différentes doses : 52 mg (Miréna, Donasert), 19,5 mg (Kyleena) et 13,5 mg (Jaydess).

Le LNG délivré dans la cavité utérine exerce son activité contraceptive en inhibant la perméabilité de la glaire aux spermatozoïdes et en rendant l’endomètre impropre à la nidation, mais il est aussi résorbé et peut ainsi inhiber l’ovulation.

Une étude finlandaise a analysé l'impact que pourrait avoir le LNG sur les constantes du métabolisme, à partir des données de quatre études FINRISK faites tous les 5 ans sur des échantillons représentatifs de la population finlandaise entre 1997 et 2012, et de celles de l'étude Finhealth faite en 2017.

Au total, 5 649 femmes âgées de 18 à 49 ans ont ainsi été incluses, après exclusions des femmes enceintes, sous contraception hormonale (PO, patch, implant, anneau vaginal), ménopausées, ou hystérectomisées ; 1 006 femmes étaient porteuses d'un DIU hormonal -dosé à 52 mg de LNG dans la plupart des cas, les dosages inférieurs n'étant disponibles qu'à partir de 2013- et elles ont été comparées à 4 643 femmes témoins qui n'avaient pas de contraception hormonale.

Un profil plutôt protecteur vis à vis du risque artériel

Les porteuses d'un DIU hormonal (40,4 ± 5,9 ans) étaient plus âgées que les femmes témoins (37,6 ± 6,9 ans), elles consommaient plus souvent de l'alcool, avaient moins souvent une activité physique régulière, et avaient plus souvent une maladie chronique et/ou un traitement médical en cours.

Après ajustement, sur les 221 constantes biologiques étudiées, 141 différaient, le plus souvent très modérément, en moyenne de 0,09 DS, entre les porteuses d'un DIU hormonal et les femmes témoins. Les femmes porteuses d'un DIU hormonal avaient des taux plus bas de triglycérides, de cholestérol (total ou dans les lipoprotéines VLDL,IDL,LDL), d'autres lipides, d'Apo-A1 et d'Apo-B, suggérant un profil protecteur vis à vis du risque artériel. Ces différences étaient significatives dans le groupe 40-49 ans, elles ne variaient pas avec la durée d'utilisation du DIU hormonal, mais disparaissaient après l'arrêt.

Dr Catherine Vicariot

Références
Toffol E. et coll. : Metabolomics profile of 5649 users and non-users of hormonal intrauterine devices in Finland, Am J Obstet Gynecol., 2022 ; publication avancée en ligne le 10 juin.
doi.org/10.1016/j.ajog.2022.06.009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article