Un robot chinois réussit « médecine »

Paris, le jeudi 11 janvier 2018 - Après le champion d’échecs Garry Kasparov en 1997, ce fut au tour des meilleurs joueurs de go au monde d’être battus à plate couture en 2016 par un ordinateur spécialement programmé pour prendre en compte les 10170 combinaisons possibles de ce jeu considéré comme l’un des plus difficiles à appréhender pour une intelligence artificielle. Sur de nombreux terrains, la suprématie du cerveau humain est désormais battue en brèche par les machines et leurs développeurs ne cessent de concevoir des programmes aux capacités d’adaptation toujours plus étendues.

Comme s’il ne leur suffisait plus de nous dominer sur nos échiquiers, les robots investissent désormais le champ de nos compétences professionnelles, parmi celles qui requièrent la plus grande mobilisation de nos capacités intellectuelles. C’est ainsi que l’un d’entre eux, dénommé Xiao Yi, vient de réussir, brillamment, l’examen lui permettant théoriquement d’exercer la médecine en Chine. Avec un score de 456 points sur 600, il a en effet dépassé de 96 points la barre d’admission et est donc devenu la première intelligence artificielle à réussir « médecine ».

Des capacités de raisonnement très avancées

Développé par la société chinoise iFlytek Co, Xiao Yi (qui signifie « petit docteur » en mandarin) a dû ingurgiter des dizaines d’ouvrages médicaux, 400 000 articles spécialisés et près de 2 millions de dossiers médicaux pour réussir cette prouesse. Car il s’agit bien d’une première dans l’histoire de l’intelligence artificielle étant donné que sa seule capacité de mémorisation, des millions de fois plus importante que celle d’un humain, ne peut expliquer un tel résultat. Wu Ji, le directeur adjoint de l’université de Tsinghua qui a co-développé se programme rappelle à cet effet que « depuis 2013, plus de la moitié des questions du test se rapportent à des cas cliniques concrets qui sont à chaque fois différents » et qu’ « il est donc impossible de ne compter que sur sa mémoire pour être admis ».

Pour aboutir à ce résultat, les chercheurs qui ont mis au pont Xiao Yi se sont basés sur l’expertise clinique et diagnostique de nombreux médecins pour élaborer des algorithmes qui correspondent au mieux aux compétences demandées par un tel examen. Au final, la machine a clairement montré des capacités d’apprentissage, de raisonnement et de prise de décision époustouflantes. Qu’on se rassure cependant, ses concepteurs ont bien conscience qu’il est loin d’avoir les capacités d’exercer à la place d’un vrai médecin qui peut s’adapter très rapidement à des situations que les algorithmes de Xiao Yi ne sont pas encore aptes à modéliser. Pour autant, il est prévu qu’il serve dès à présent de coach éducatif pour les étudiants et d’aide au diagnostic pour les médecins titulaires.

Benoît Thelliez

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article