Après un cas de polio paralysante, l’Etat de New York craint une flambée

New York, le mercredi 10 août 2022 - Un cas de poliomyélite ayant provoqué une paralysie des membres inférieurs a été identifié le 21 juillet dans le comté de Roackland dans l’Etat de New York.

Le patient, âgé de 20 ans, avait voyagé récemment en Europe. Il aurait contracté la poliomyélite au contact d’une personne ayant été vaccinée par le vaccin antipoliomyélitique oral (basé sur une forme atténuée du virus).

« Plus d’une personne excrète le virus dans ses selles »

Mais il ne s’agit là que de conjecture et il n’y a pas de preuve  pour affirmer que ce jeune homme soit le patient zéro.

En effet, les CDC (Centers for disease control) estiment que ce cas ne pourrait être que la « partie émergée de l’iceberg ». Deux arguments sont en faveur de cette hypothèse.

Premièrement, comme le souligne le Dr Mary Bassett, commissaire à la santé de l'État de New York , « sur la base des précédentes épidémies de polio, les New-Yorkais doivent savoir que pour chaque cas de polio paralytique observé, il peut y avoir des centaines d'autres personnes infectées ».

Deuxièmement, des premières analyses des eaux usées réalisées le 5 août « indiquent que plus d’une personne excrète le virus dans ses selles », soulignent les CDC.

« Ces sujets peuvent ne présenter aucun symptôme ou seulement des symptômes légers, tels qu'un mal de gorge et de la fièvre, mais elles peuvent encore, sans le savoir, transmettre la polio à ceux qui ne sont pas protégés par la vaccination ».

Des traces du virus de la poliomyélite au Royaume Uni en juin

Dans ce contexte, le CDC a dépêché une équipe fédérale sur place pour enquêter sur ce cas et organiser une campagne de vaccination dans les deux comtés concernés.

La couverture vaccinale est en effet faible dans cet Etat et en particulier dans cette zone : selon les dernières données disponibles, le taux de vaccination contre la polio dans l'Etat de New York est de 78,96 %, mais il est de seulement 60,34 % dans le comté de Rockland et de 58,66 % dans le comté d’Orange.

Soulignons qu’en dehors des Etats-Unis, des traces de virus de la poliomyélite ont été identifiées fin juin dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni.

En France, où la couverture vaccinale est proche de 100 %, « seuls des poliovirus vaccinaux ainsi qu’un virus dérivé du poliovirus vaccinal de type 2, sans reprise de virulence et tous importés, ont été mis en évidence depuis 2000 dans des échantillons cliniques, sans aucun signe d’appel pouvant faire évoquer une poliomyélite chez les patients prélevés », rapportait Santé publique France le 30 juin dernier.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Cas de poliomyélites (USA-RU) : pas de relachement

    Le 10 août 2022

    Tout relâchement dans les stratégies de vaccination conduit à la réémergence des maladies non éradiquées. Ces cas observés aux USA et au RU devraient convaincre ceux qui pensent que, parce qu'il n'y a plus ou peu de cas d'une "ancienne" maladie, on pourrait arrêter de vacciner.
    Heureusement en France nous avons de très bons taux de vaccinations chez les enfants pour les maladies à vaccination obligatoire ; mais ne pas oublier les rappels pour les plus âgés

    Pr Dominique Baudon

Réagir à cet article