Voyages : c’est reparti ! Comme avant ?

Paris, le vendredi 17 juin 2022 - En atteste le trafic aérien : les voyages ont repris. Si les professionnels ont intégré la visioconférence pour diminuer leurs déplacements, les vacanciers reprennent leurs voyages, malgré quelques scrupules environnementaux. Comme chaque année début juin, ils se bousculent aux consultations de médecine des voyages ou prennent conseil auprès de leur praticien - s’ils sont conscients des risques liés au voyage qu’ils projettent. Et comme chaque année début juin, le BEH voyageurs nouveau est arrivé, avec une petite révolution du côté de la protection personnelle anti-vectorielle.

Pas de délai avec le vaccin COVID

Après avoir vérifié (ou fait en sorte) que le candidat au voyage soit à jour des vaccins recommandés en France (le chapitre COVID19 est étoffé), le médecin aborde les recommandations vaccinales liées au séjour envisagé. Point de nouveau vaccin pour les Français : ceux contre la dengue ou le paludisme ne concernent que certains pays endémiques. Quelques vaccins restent rarement recommandés : ici l’encéphalite à tique, là l’encéphalite japonaise (un pays endémique a été rajouté : la Papouasie Nouvelle Guinée), là-bas la typhoïde ou la méningite tétravalente (ACYW). Pour la vaccination antirabique pré-exposition, le protocole simplifié validé par l’OMS (J0-J7) et déjà adopté par certains CVI en France n’a toujours pas d’AMM.

A part celle de deux vaccins vivants (fièvre jaune et ROR -et encore) l’administration concomitante ou écartée de seulement quelques jours est toujours possible y compris avec les vaccins COVID, souvent exigés. De même, les spécialités sont en général interchangeables.

Exit la chloroquine… et les pesticides !

La liste des pays de forte endémie de tuberculose (pouvant indiquer le BCG chez l’enfant) diminue avec la sortie de la Croatie et de l'Arabie saoudite.

L’épidémie de COVID a freiné les luttes contre la fièvre jaune et le paludisme ; les pays et zones à risque ont donc été actualisés avec précision.

Sur le front antipaludique, on s’inquiète de la mode dangereuse des tisanes d'Artemisia, on ne recommande plus la chloroquine (fin de commercialisation) et surtout, on révolutionne les conseils aux voyageurs : exit les répulsifs pour vêtements ! Ceux-ci ne sont plus recommandés car trop toxiques pour l’humain et la planète, contre un bénéfice douteux. La moustiquaire imprégnée reste le pilier de cette prévention nocturne. La lutte contre les autres arboviroses (et les piqûres pénibles, y compris en France) repose désormais sur les habits couvrants (amples et de couleur claire) et les répulsifs corporels.

Enfin, l'actualisation concerne aussi la prévention de la thrombose veineuse en vol et du jet-lag, du mal des transports et du mal des montagnes.

Soucieux de proposer un outil pratique d’aide à la consultation, les auteurs ont intégré des liens hypertextes, et pour la première fois, une remise à jour en ligne est prévue.

Bulletin épidémiologique hebdomadaire, Hors série 2 juin 2022 ; Santé publique France

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article