Des pilotes de ligne sous insuline ? C’est possible !

En raison du risque d’hypoglycémies, les personnes atteintes de diabète et traitées par insuline sont écartées de certaines professions. C’est le cas pour les pilotes de lignes. Trois états Européens (Royaume-Uni, Irlande, Autriche) ont actuellement, sur des vols commerciaux, un grand nombre de pilotes traités par insuline, grâce à la mise en place d’un protocole innovant. Les pilotes sont tenus à une stricte surveillance de leur glycémie, y compris pendant les vols, et bénéficient d’examens cliniques fréquents. Une étude observationnelle a été menée, dont les résultats viennent d’être révélés, au cours du récent congrès de l’EASD. L’objectif était d’évaluer les performances et la sécurité du protocole.

Au total 49 pilotes, insulino-traités pour un diabète de type 1 (84 %) ou de type 2 (16 %), ont été inclus. Le protocole prévoit des mesures de la glycémie avant et pendant le vol (toutes les heures et 30 mn avant l’atterrissage), et signifiées par un système de couleurs :
  • Vert (Acceptable : 5 à 15 mmol/l)
  • Orange (Prudence, pour cause de taux faible entre 4 et 4,9 mmol/l, ou élevé entre 15,1 et 20 mmol/l)
  • Rouge (Action immédiate nécessaire, pour un taux faible < 4 mmol/l ou élevé > 20 mmol/l)
Les pilotes, âgés de 34 à 56 ans, étaient suivis pour leur diabète depuis une durée médiane de 10,9 ans et avaient obtenu leur autorisation de voler depuis 4,3 ans en moyenne. Au total 38 621 valeurs de glycémies ont été collectées durant 22 078 heures de vol. La majorité des mesures (97,69 %) se situent dans la zone verte, 1,42 % dans la zone basse orange et 0,75 % dans la zone élevée orange. Seules 0,12 % des glycémies sont dans la zone rouge basse et 0,02 % dans la zone rouge élevée. Le nombre des glycémies hors cible a diminué au fil du temps, passant de 5,7 % en 2013 à 1,2 % en 2019. Aucun épisode d’incapacité n’est survenu et les contrôles glycémiques ont été respectés.

Pour les auteurs, ces résultats rassurants peuvent être utiles pour l’évaluation des capacités dans d’autres professions jusqu’à présent déconseillées ou interdites aux diabétiques traités par insuline.

Dr Roseline Péluchon

Références
Garden G.L. et coll. : An evaluation of the safety of pilots with insulin-treated diabetes in Europe flying commercial and non-commercial aircraft. 56ème Congrès annuel de l’Association Européenne pour l’étude du Diabète (EASD). Du 21 au 25 septembre 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • On fait quoi ?

    Le 22 octobre 2020

    OK, c'est rassurant. Et en cas de stress de décharge adrénaline on fait quoi ? On appelle le samu? La pompe implantable c'est fait pour qui ?

    Dr Jean-Paul Vasse

Réagir à cet article