Le « complotisme » : une maladie incurable ?

Paris, le samedi 15 janvier 2022 – L’optimisme sur certains sujets quand on ne le partage pas est tout à la fois rassénérant et vaguement déconcertant. Ainsi, malgré les deux dernières années écoulées durant lesquelles il est difficile de considérer que la science a pleinement triomphé (si ce n’est celle qui a permis d’offrir à l’humanité des vaccins d’un nouveau type efficaces contre les formes graves de la Covid et c’est déjà un très bel exploit), certains veulent croire que la pandémie a éveillé l’esprit scientifique des Français. C’est ainsi la thèse défendue récemment dans le Monde par le Dr Jean-David Zeitoun. Il est en effet convaincu concernant la future élection présidentielle : « Les candidats qui feront une offre politique fondée sur la science auront beaucoup à gagner, car la demande est forte. Plusieurs indices en témoignent. Premièrement, les Français font encore largement confiance à la science, comme l’a montré une étude académique récente [« Les Français et la science 2020 », portée par l’université de Lorraine, publiée en novembre 2021] relatée dans ces colonnes. Deuxièmement, il y a une demande d’élucidation. Même la dissémination des thèses complotistes trahit une envie de comprendre, comme l’historien Johann Chapoutot vient de le rappeler (Les 100 mots de l’histoire, PUF, 2021). Troisièmement, les candidats scientifiques profiteraient de l’éducation que la pandémie nous a imposée. En moins de deux ans, les Français ont accumulé des connaissances et renforcé leur raisonnement, notamment statistique. Ils en savent plus sur les microbes, les vaccins et les médicaments qu’un bon étudiant en médecine. Leur appréhension de l’incertitude est aussi certainement meilleure. Les enquêtes d’opinion suggèrent que le même effet d’éducation émerge en matière environnementale, peut-être bientôt en démographie ».

Pas de réponse magique face à la pensée magique

Il est peu probable que de tels propos fassent l’unanimité. Il semble plutôt au contraire, par exemple sur la question des statistiques, qu’il n’ait pas toujours été facile aux Français (y compris ceux au pouvoir) de parfaitement en appréhender tous les enjeux pour apprécier l’évolution de l’épidémie. Quant à la confiance dans la science, si elle est affichée, l’influence exercée par certains discours complotistes (même si cette influence ne doit pas être exagérée) suggère qu’il existe un hiatus entre les déclarations et la réalité. En tout état de cause, un certain nombre d’observateurs se montrent moins optimistes, à commencer par les membres de la commission créée il y a trois mois par le Président de la République et placée sous la direction du sociologue Gérald Bronner. Après des débuts quelque peu chahutés et des interrogations (jusque dans ces colonnes) sur la difficulté de se décréter émetteurs de la vérité face aux doutes structurels de la science et du monde, la commission vient de remettre ses conclusions. L’une d’entre elles formulée par Frédérick Douzet, professeur de géopolitique à l’université Paris VIII est presque un constat d’échec : « Il n’y a pas de réponse magique à ces questions-là», a-t-elle observé en particulier sur la question de la lutte contre la diffusion de fake news.

Cependant, la commission s’est néanmoins risquée à une trentaine de recommandations.

Parmi elles, on peut retenir un désir de proportionnalité : les conspirationnistes et autres complotistes ne représentent en réalité qu’une frange mineure de la population et jouissent pourtant d’une importante visibilité. « Nous vivons dans un pays de grande liberté d’expression et tant mieux. Mais on doit s’interroger sur l’éditorialisation de ces expressions. Est-il normal que des points de vue minoritaires statistiquement soient majoritaires du point de vue de la visibilité numérique ? Les vrais antivax en France ne pèsent pas grand-chose, mais ils ont réussi à essaimer par leur rhétorique au-delà de leur espace de radicalité. Il ne s’agit pas du tout de les bâillonner, mais de penser les conditions pour que la visibilité soit corrélée à la représentativité. Sinon, on a affaire à une forme de diversité inauthentique » remarque ainsi Gérald Bronner.

Autre préconisation : éveiller encore et toujours toute la population et notamment les jeunes à l’esprit critique, en particulier face aux informations diffusées par les différents médias. La commission invite ainsi à «mandater un organisme» afin «de mettre en place l’évaluation du matériel pédagogique et des dispositifs de formation».

Qui sera chargé de l’éveil à l’esprit critique : les anti OGM,  les anti nucléaires ?

Mais là encore on peut s’interroger sur la vanité d’une telle préconisation. Qui fera cette éducation à l’esprit critique ? Les médias traditionnels ? Les professeurs ? Pourtant, il n’est pas impossible que certains discours soutenus voire plébiscités par ces instances contribuent à faciliter l’installation d’une défiance vis-à-vis de la science. Ainsi, la journaliste scientifique Emmanuelle Ducros parle d’un « terreau labouré depuis des décennies ». Elle a récemment énuméré sur LCI différents faits ou phénomènes récents qui sont éloignés des théories les plus farfelues que l’on peut parfois découvrir sur les réseaux sociaux et qui au contraire jouissent d’une grande crédibilité au sein des médias ou auprès des professeurs. Il s’agit par exemple de l’ « exploitation de la peur vis-à-vis des OGM à laquelle on doit en grande partie la défiance vis-à-vis de la technologie de l’ARN messager et l’installation de la thématique du cobaye », relève Emmanuelle Ducros. Or, le rejet des OGM est très loin d’être uniquement nourri par des personnes pleinement perméables aux théories conspirationnistes les plus farfelues : dès lors comment s’étonner que partant de cette défiance très largement répandue (voire largement considérée comme la posture la plus raisonnable), certains puissent rejeter des technologies qu’ils assimilent aux OGM.
Emmanuelle Ducros cite de la même manière la peur instrumentalisée du nucléaire qui là encore est très loin d’être uniquement l’apanage de gourous décriés, mais une opinion très solidement défendue par un grand nombre de représentants politiques (et de professeurs).

La dictature des certitudes émotionnelles 

Ce rappel d’Emmanuel Ducros porte une leçon assez décourageante sur nos capacités à inverser les tendances, à lutter efficacement contre la défiance et son expression la plus aiguë, le complotisme. S’ajoute en outre à ce « terreau » favorable qui jouit d’une très forte légitimité dans l’opinion publique et au sein des instances « dirigeantes », la force de l’émotion. Sur ce point, les constatations de l’anthropologue Joël Candau dans le Monde sont marquantes : « A partir de 1850, l’utilisation de mots chargés de sentiments a systématiquement diminué dans les livres analysés, tandis que l’utilisation de mots associés à une argumentation fondée sur des faits a constamment augmenté. Mais ce schéma s’est inversé dans les années 1980, et ce changement s’est accéléré vers 2007. La fréquence des mots liés aux faits a alors chuté tandis qu’a crû un langage émotionnel, corollairement au passage d’un langage centré sur le collectif à un langage centré sur l’individu. Selon les auteurs, nous vivrions une période historique particulière marquée par une rupture de l’équilibre entre émotion et raisonnement, au détriment de ce dernier. Même s’il faut se garder de toute généralisation à partir de ces seuls résultats, n’y a-t-il pas là matière à nourrir le débat sur notre entrée supposée dans l’ère de la post-vérité et, peut-être, dans ce « paradis des imbéciles où tout est connu a priori » (Hannah Arendt dans La Nature du totalitarisme, Payot, 1990, p. 121) ».

Le complotisme est loin de n’avoir qu’un seul visage

Cette supériorité accordée à l’émotion est également évoquée par Jaron Harambam (chercheur en sociologie à l’université de Leuven) dans un article traduit en français dans le journal Sciences et Pseudosciences de l’Association française de l’information scientifique.

Il note ainsi à propos des personnes hostiles aux vaccins : « À côté de la mise en cause de « Big-Pharma », la réticence vaccinale s’appuie sur des idées holistiques et naturalistes sur la santé et le corps, idées enracinées dans la spiritualité New Age et les médecines alternatives. Dans ces subcultures, les émotions, les sentiments, l’expérience personnelle, les témoignages et les relations sociales sont souvent des guides plus importants que les connaissances scientifiques ». Dans cette analyse, Jaron Harambam invite également à éviter le piège de vouloir retenir une image univoque du « complotiste » ou de « l’antivaccin », de céder à la facilité du « mépris » vis-à-vis de personnes jugées comme ignorantes. Une idée que l’on retrouve également dans les mises en garde d’Emmanuelle Ducros. « Puisque de nombreux militants anti-vaccins en Occident sont plutôt des jeunes urbains hautement qualifiés, il est difficile de les rejeter comme étant de déplorables ignorants » écrit-t-elle après avoir remarqué : « Les explications dominantes de la popularité des théories du complot autour du coronavirus sont remarquablement similaires : ces idées sombres et troublantes aideraient les gens à donner du sens à un monde complexe et incertain. Elles fourniraient des explications cohérentes sur des événements tragiques et redonneraient un sentiment de pouvoir et de contrôle. (…) Le problème de cette approche globalisante est triple : elle n’explique pas les motivations des conspirationnistes, ni les formes variées et les degrés de plausibilité des différentes théories du complot, ni leurs rapports avec certaines questions politiques et sociétales. En fournissant une explication uniforme des théories du complot, on ne rend pas sérieusement compte de leur contenu ni des préoccupations sous-jacentes. De même, on ne prend pas en considération la façon dont les théories du complot sont instrumentalisées dans différentes guerres de propagande. Quand on regarde ces théories du complot de plus près ou, mieux encore, quand on engage le dialogue avec les gens qui les propagent, on constate que ces théories ne sont pas tant une stratégie d’adaptation à une époque trouble qu’un vaste éventail d’expressions culturelles ».

Envers et contre tous

De telles analyses ne peuvent que conduire vers des conclusions peu encourageantes sur l’efficacité réelle des mesures préconisées par la commission de Gérald Bronner. On observe en effet que l’éveil à l’esprit critique devrait conduire à déconstruire des idées pourtant largement considérées comme la pensée raisonnable et empêcher que nous soyons plus souvent guidés par nos émotions que par notre raison, allant une fois encore à l’encontre du courant dominant. Sans même évoquer le fait que cet éveil à l’esprit critique n’empêcherait pas la persistance des préoccupations politiques et sociales qui favorisent la défiance.

En dépit de ces observations peu réjouissantes, on relira ou reverra :

Jean-David Zeitoun
Les lumières à l’ère numérique
Emmanuelle Ducros
Jaron Harambam

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (10)

  • Pour s'informer scientifiquement sans comploter : le CSI

    Le 15 janvier 2022

    Le Conseil Scientifique Indépendant donne des informations sourcées, inattaquables et exemptes de théorie du complot : en bref, de la bonne science!
    Tous les jeudis soirs 21h depuis avril 2021 sur Crowdbunker
    https://crowdbunker.com/channel/0GEA6I6G

    Hélène Banoun, pharmacien biologiste, ancien chercheur Inserm, membre du CSI

  • Du complotisme ?

    Le 15 janvier 2022


    On commence par ceci : https://www.facebook.com/watch/?v=672076390470638 ensuite on peu regarder cela: https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2022

    Il faut commencer par la lecture des biais page 29, ensuite on peut se poser des questions sur les données récoltées. Par exemple l'absence de l'indice de masse corporelle , ou du taux de vitamine D mesurée, à ce stade de la crise, la science me semble bien loin. Le summum de la perversion nous vient des états unis avec le dossier ivermectine : Pour la semaine, les régimes privés et Medicare ont payé environ 1 568 996 $ et 924 720 $, respectivement, pour les prescriptions d'ivermectine pour COVID-19. Les chercheurs ont extrapolé le total hebdomadaire de 2 493 716 $ à 129 673 240 $ par an.

    Les auteurs affirment que les résultats suggèrent que "les assureurs pourraient éviter un gaspillage substantiel en limitant la couverture de l'ivermectine, par exemple en exigeant une autorisation préalable". https://flutrackers.com/forum/forum/local-regional-communities-and-organizations/cidrap/935358-cidrap-news-scan-spending-on-ivermectin-for-covid-19-covid-monoclonal-antibody-combo-cwd-in-alabama-for-first-time-us-flu-declines-slightly-polio-in-2-nations

    Les mondes médicaux ont conscience qu'internet existe et que les gens lisent ?

    Dr Bertrand Carlier

  • Le jour où on m'a violé.

    Le 15 janvier 2022

    J'avais moins de trois mois.
    Mes parents, bon français, obéissaient aux ordres "Il faut vacciner".
    Alors on m'a conduit dans un dispensaire, maintenant nommé vaccinodrome, et inoculé.
    En 48h, 40,2° de fièvre.
    Encéphalite aigue, perte d'un oeil.
    Comme des dizaines de milliers de bébés.
    Antivariolique, maladie létale, le vaccin aussi.
    Ceux qui sont morts ont eu de la chance, les autres ?
    Des parias éclopés.
    Les organismes d'Etat de l'époque ont toujours apposé le cachet "aucun lien n'a pu être retenu".
    Complotisme ?
    Les études rétrospectives sont là, élaborées pour prévoir le nombre d "accidents" en cas de nécessité de vacciner la population.
    Guide canadien, étude du Pr T Debor du CHU de Bordeaux.
    Des complotistes...
    Si au moins on avait admis...
    Et puis il y a eu le sang contaminé, le responsable pas coupable, le fusible Garetta.
    Le talc Morange, la Thalidomide, le Médiator, le Lévothyrox....
    Ayez confiance.....
    Plus près de nous le Dengvaxia... recommandé par l'OMS..
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-mediatique/la-fabrique-mediatique-du-samedi-14-novembre-2020
    Aies confiance....
    Pour les vaccins Covid, il faudra attendre vingt ans pour avoir la vérité.
    Mais il arrive que la vapeur s'échappe malencontreusement de certaines marmites mal fermées par les ARS, l'ANSM...
    https://www.midilibre.fr/2022/01/14/covid-un-adolescent-hospitalise-a-montpellier-pour-une-myocardite-apres-sa-dose-de-rappel-du-vaccin-10044712.php
    l'ANSM va nous sortir ses sensationnels "Il avait mangé des cacahuètes".

    Complotiste, antivax ?
    C'est vous qui voyez.

    Je dis simplement qu'un peu d'honnêteté n'aurait pas nuit.
    Mais c'est trop demander à l'Etat... d'urgence.

    Quant au plan de sauvegarde et de continuité de service, brillamment élaboré sous l'égide de R Bachelot, personne ne l'a lu, sauf Douste-Blazy.
    Intéressant non ?
    Mais on en reparlera car je pense que cette épidémie n'est pas celle que prévoyaient les grands spécialistes de l'époque. "D'ici 15 ans nous aurons une épidémie majeure".
    Elle couve, sous les plumes de cygnes, de canards, et là ça sera 80% de malades.
    Même les médecins et les politiques...

    Dominique Barbelet



Voir toutes les réactions (10)

Réagir à cet article