Perquisition à l’IHU de Marseille dans le cadre d’une enquête préliminaire pour des faits antérieurs à la Covid

Marseille, le mardi 15 juin 2021 - Des perquisitions ont été menées hier matin à l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Marseille pour « suspicion de prise illégale d'intérêt » et « détournement de fonds publics ».

Ces investigations sont engagées « depuis la transmission d’un signalement émanant de l’Agence française anticorruption (AFA) en 2019 visant l’Institut de recherche pour le développement* (IRD) dans ses liens financiers avec la Fondation Méditerranée Infection* ». L’enquête concerne également « le fonctionnement interne de l’IRD sur l’emploi de fonds publics pour des dépenses sans lien avec les missions de l’IRD ou non justifiées », a par ailleurs ajouté la procureure de Marseille dans un communiqué transmis à l’AFP.

En 2018, c’est le journal en ligne Marsactu qui avait révélé les soupçons de l’AFA autour d’un présumé conflit d’intérêts entre l’ancien président-directeur général de l’IRD, Jean-Paul Moatti, et son épouse, Yolande Obadia, présidente de l’IHU, portant sur plusieurs conventions entre les deux institutions scientifiques et notamment la location de bureaux de l’IHU à l’IRD.

Me Brice Grazzini, avocat de Didier Raoult, actuel directeur de l’IHU, a insisté sur BFMTV sur le fait que « cette perquisition n'a rien à voir avec » son client, qui n'est « pas mis en cause ». Le nom de l'infectiologue n'est en effet jamais cité dans le communiqué de la procureure. « Il s'agit d'un conflit d'intérêts entre la direction de l'Institut de Recherche et Développement (IRD) et la présidence de l'IHU », a détaillé l'avocat.

*L’IRD est un établissement public qui participe à des recherches scientifiques et techniques par le biais d'accords signés entre la France et des pays en développement, son siège se situe à Marseille.
** La fondation Méditerranée Infection est une fondation de coopération scientifique qui administre l’IHU. Le directeur de la fondation est le Pr Raoult, la présidente est le Dr Obadia.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Raoult, l'IHU et les détournements de fonds publics....

    Le 19 juin 2021

    De 2 choses l'une :
    - ou Raoult en effet n'a "rien à voir avec cette affaire" auquel cas il reste, de fait, un sous-fifre de l'institution, et non le grand manitou qu'il s'évertue à paraître depuis des mois sur les ondes de France et de Navarre,
    - ou alors, il est bien le 'chef' ou 'quasi chef' de l'IHU et donc...?
    Dans tous les cas, la saga "Raoult à l'IHU": à suivre aux prochains épisodes....
    Une autre version de "Plus belle la vie" en quelque sorte !

    Alain Cros (pharmacien)

  • Noyons le poisson

    Le 20 juin 2021

    Noyons le poisson pourquoi pas.
    Diluons le poison : Non. Il restera à affirmer que l'IHU est transparent, que ses fonctions publiques attendues durant la pandémie ont été et sont pleinement remplies, que AP-HM ou D Raoult n ont rien à voir avec tout ça.

    Bilan de la recherche clinique ou séquentielle ou vaccinale nationale ? : la france est le seul des 5 pays membres permanents du conseil de sécurité n'ayant eu aucun rôle. Aucun, en courant toujours derrière, jamais au milieu ou à fortiori devant
    Regardez " Recovery " (UK) :

    https://www.recoverytrial.net/files/recovery-protocol-v15-0-2021-04-12.pdf
    Pendant que nous montions des essais ... franc - comtois voir franco-luxembourgeois

    Une leçon ? : Une stratégie du risque, organisation européenne et non franchouillarde de tels instituts, vraiment pointus, et de leur gouvernances mais aussi contrôles. Sur une base autre que le QI supposé des intervenants.

    Savoir reconnaitre puis analyser l'échec puis rectifier : Pas question.
    Partir, fusse tête basse , disciples et complices inclus : vous n'y pensait pas.
    Il faut donc sauvez les meubles : Le ridicule ne tue pas, lui.

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article