Le Paxlovid bientôt en routine

Paris, le mardi 26 avril 2022 - Depuis le 22 janvier, le Paxlovid (nirmatrelvir/ritonavir, Pfizer) est accessible en accès précoce.

Les médecins,  doivent pour l'heure obéir à une procédure complexe à chaque prescription via notamment un questionnaire en ligne. Pour faciliter l’accès à ce médicament, en particulier en ville, hier, la HAS (Haute autorité de santé) s’est prononcé en faveur de de son inscription au remboursement de droit commun. La commission de la transparence de la HAS considère en effet que « le service médical rendu (SMR) par le Paxlovid est important, notamment en raison de son intérêt de santé publique ». Elle confirme également le progrès apporté en lui attribuant une « amélioration du service médical rendu » (ASMR) de niveau 3 (sur une échelle de 4).

Une réduction de 87,8 % des formes graves !

La HAS se base sur l’étude EPIC-HR ayant montré :
• un effet bénéfique sur la « réduction du risque de progression vers une forme grave » de la Covid (hospitalisation ou décès toutes causes à J28) de 87,8 % chez les patients ayant des symptômes depuis moins de 5 jours avant la première dose de Paxlovid ;
• une réduction significative de la charge virale à J5 par rapport au placebo (environ 0,7 log10 copies/mL) ;
• une activité conservée in vitro du Paxlovid vis-à-vis des variants circulants, notamment Omicron.

Cette thérapeutique sera indiquée pour les adultes atteints de Covid-19 ne nécessitant pas d'oxygénothérapie et à risque élevé d'évolution vers une forme sévère de la maladie.

La HAS prend des gants

Mais la HAS met en garde contre un excès d’optimisme en rappellent l’absence de données d’efficacité clinique sur le variant Omicron et chez certains sujets (immunodéprimés, sujets atteints de cancer, insuffisant rénal chronique…), les nombreuses interactions médicamenteuses avec le ritonavir qui limitent son utilisation chez des patients polymédiqués et le risque de sélection de variants résistants, surtout chez les patients ayant une excrétion virale prolongée (immunodéprimés).


Aussi la Commission « souhaite la mise à disposition des prescripteurs d’un document ou d’un dispositif d’aide à la prescription pour faciliter la gestion des interactions médicamenteuses » et « demande la mise en place d’une étude observationnelle commune à l’ensemble des médicaments indiqués dans le traitement de la Covid-19 ».


Au total, la Commission réévaluera cette spécialité « dans un délai maximum de 3 ans ».
Quoi qu’il en soit, l’inscription au remboursement de droit commun devrait faciliter la prescription du Paxlovid en médecine de ville et rendre des services non négligeables en cas de nouvelle flambée épidémique.

Emmanuel Haussy

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article