Records d’accidents à vélo et en trottinette

Paris, le jeudi 10 février 2022 – L’Office interministériel dédié à la Sécurité routière a rendu publics ses chiffres pour l’année 2021 il y a une dizaine de jours. L’interprétation des tendances observées l’année dernière est délicate. Si l’année 2021 n’a en effet pas été marquée par une réduction du trafic aussi forte que 2020, le court confinement du printemps, les couvre-feux et l’incitation au télétravail à plusieurs reprises au cours de l’année ont cependant pu avoir une influence sur la circulation en véhicule individuel. En tout état de cause, l’année de comparaison de référence ne peut être 2020 et 2019 a donc été choisie. A propos des perturbations de ces deux dernières années, la Sécurité routière commente : « Ces deux ans de pandémie de COVID-19 ont conduit les usagers à adapter leur comportement (…). Il est particulièrement compliqué de distinguer ce qui finalement relève des ajustements ponctuels aux contraintes liées à la gestion de la crise sanitaire des nouvelles habitudes de vie qui pourraient avoir été prises (…). L’accidentalité de l’année 2021 semble présenter deux phases :le premier semestre (T1 et T2), lors duquel la forte réduction de la mortalité routière comporte une composante indéniable liée au couvre-feu, qui impose en hiver de rentrer de jour, puis limite les retours de soirées alcoolisés ; le deuxième semestre (T3 et T4) qui semble reprendre une vie normale : l’accidentalité corporelle est globalement équivalente à celle de 2019, mais la mortalité routière reste en deçà pour la plupart des usagers de la route, et pourrait être le signe d’une inflexion des comportements », indique l’Observatoire public. Ainsi, globalement en 2021, le nombre de décès est en recul de 8 % par rapport à 2019, ceux des accidents corporels et des blessés de 4 %.

Accidents mortels liés à une trottinette électrique : une hausse de 120 %

Cependant, la Sécurité routière signale une augmentation significative du nombre de décès et d’accidents liés au vélo et aux engins de déplacement personnels motorisés (EDP), c’est-à-dire les trottinettes, une tendance mise en lumière par le Journal du Dimanche. En 2021, 22 personnes sont mortes dans un accident impliquant une trottinette, soit une augmentation de 120 % par rapport à 2019, tandis que 226 autres perdaient la vie dans un accident lié à un vélo, une hausse de 21 % par rapport à 2019 et de 54 % par rapport à 2010.

Pain quotidien du chirurgien orthopédique

La mortalité concerne principalement les grandes villes et plus encore Paris (il n’y a eu aucun accident mortel à Marseille). Plus marquant encore, des estimations établies par le JDD à partir des données de la Sécurité routière évaluent à 6 000 le nombre de fractures liées aux trottinettes en 2021. La tendance précise est difficile à déterminer, puisque tous les accidents n’impliquent pas nécessairement d’intervention des forces de l’ordre. Cependant, les services de traumatologie des grandes villes sont nombreux à témoigner de la hausse importante des victimes, qui sont tout autant des conducteurs de ces trottinettes que des piétons sur leur route. « C'est devenu notre pain quotidien, avec des séquelles potentielles à long terme », remarque ainsi le Pr Alain Sautet, service de chirurgie traumatologique du CHU Saint-Antoine à Paris, cité par le JDD. De son côté, sur France Bleu, le Dr Damien Lami chirurgien orthopédiste à l’hôpital de la Timone (Marseille) indique opérer jusqu’à quatre personnes par semaine après un accident impliquant un EDP. « On constate des lésions du poignet et du coude, ainsi que des chevilles, du tibia et du genou ». Son expérience le conduit à identifier deux causes majeures de ces accidents « la perte de contrôle à cause du pilotage ou de la voirie, par exemple les voies de tramway, mais aussi les percussions avec d'autres véhicules comme les voitures, vélos et les autres trottinettes ».

Des protections qui s’imposent ?

Concernant le profil type de la victime, les données de la Sécurité routière française sont parcellaires. En Suisse (confrontée au même phénomène comme la Belgique), des informations plus précises sont disponibles. Selon les chiffres de la Caisse nationale d’assurance accident (Suva), les personnes principalement concernées ont entre 25 et 44 ans et sont majoritairement des hommes. Les accidents se produisent par ailleurs fréquemment au moment du crépuscule et la nuit (43 %). On relève encore que dans 36 % des cas où l’accident était lié à la responsabilité de l’utilisateur de trottinette, une consommation importante d’alcool a été retrouvée. Enfin, dans les cas où ce sont d’autres véhicules qui sont en cause, la priorité des trottinettes électriques a été ignorée dans 63 % de ces accidents. Ces données pourraient encourager une réflexion sur un renforcement de la visibilité des trottinettes (via le port d’un gilet fluorescent par exemple ?) et sur l’application au moins partielle du code de la route aux utilisateurs de ces engins (concernant notamment l’interdiction de consommer de l’alcool). Globalement, les médecins constatent que dans la très grande majorité des cas les accidentés n’utilisaient aucun moyen de protection. Difficile cependant d’envisager d’imposer le port du casque à ces utilisateurs, alors qu’il n’est pas même obligatoire pour les cyclistes.

Pourtant ces derniers, sont, nous l’avons évoqué de plus en plus fréquemment victimes d’accidents (mortels et non mortels), un phénomène qui accompagne sans conteste la progression de cette pratique au cours des dernières années. Cette hausse ne s’est cependant peut-être pas suffisamment accompagnée d’un renforcement de la sécurité, tandis que la présence sur la route de cyclistes occasionnels (et parfois peu expérimentés) ne fait qu’accroître les risques. Cependant, toute velléité de réglementation, qu’il s’agisse d’imposer le port du casque ou de pouvoir mieux identifier les engins, se heurte souvent au refus de ceux qui rappellent que ces modes de locomotion (écologiques, en tout cas en ce qui concerne le vélo) sont également des gages de liberté pour leurs utilisateurs.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article