Le suicide banni du Paradis

Pyongyang, le samedi 10 juin 2023 - Selon le Service national de renseignement sud-coréen, en 2022, en Corée du Nord, le taux de suicide aurait augmenté de 40 % en un an.

Selon les informations très parcellaires dont on dispose, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aurait, dans ce contexte, émis un ordre « secret » visant à interdire le suicide dans le pays, qualifiant cet acte de « trahison contre le socialisme ». 

L'ordre confidentiel d'interdiction du suicide aurait été donné lors d'une série de réunions d'urgence à travers le pays, a rapporté Radio Free Asia. Le Grand soleil du XXIe siècle * et son entourage auraient été particulièrement marqués par des cas sporadiques de suicide collectif de familles entières. Certains officiels ont également été surpris par le contenu de certaines notes laissées par les défunts, critiquant le pays et sa dictature, pourtant dernier paradis stalinien sur terre. Le responsable du comité de la province du nord-est du Hamgyong a souligné que « la plupart des suicides ont été causés par la pauvreté extrême et la famine ». Un problème récurrent, reconnu en 2021 par le Génie des génies, qui avait déclaré en personne que la situation alimentaire était « tendue » dans le pays.

Parallèlement à cette interdiction, le Jeune Maréchal a intimé aux potentats locaux d'assumer leur responsabilité et de mettre en œuvre des mesures préventives. Cependant, aucune précision n'a été apportée quant à ces fameuses « mesures préventives ». 

Quelle peine pour une autolyse réussie ? 

Avant cette sortie prohibant l'autolyse, le dirigeant suprême avait déjà mis en place une politique de prévention du suicide, en vain.

« Malgré la politique de prévention du suicide ratifiée par le secrétaire général, les fonctionnaires n'ont pas été en mesure de trouver une solution appropriée. (...) Personne ne parvient à proposer de contre-mesures pour l'instant », a déclaré, sous couvert d'anonymat, un haut fonctionnaire du pays.

Personne, y compris le Grand successeur de la cause révolutionnaire.

F.H. 

PS : rappelons que le suicide est également prohibé par plusieurs religions monothéistes.

*Les surnoms de Kim Jong-un utilisés dans cet article sont authentiques !

F.H.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Suicide et société

    Le 10 juin 2023

    Effectivement le suicide reste un acte dans toute sa plénitude, y compris lorsqu'il renvoie à une situation comme dépassement du désespoir dans une absence radicale d'une possibilité de l'espoir, de l'espérance même dans la radicalité d'un espoir en desepérance.
    Alors dans ses moments comme Job ?
    Pour autant le suicide es-t-il toujours prohibé dans toutes les religions ou dans certaine , cela est plus subtil... Fini le temps où les églises chrétiennes refusaient une cérémonie religieuse, où le mort ne pouvait être enterré en terre consacrée, où le suicidé était sorti de son foyer face contre terre, tiré par les pieds... cela reste pour les églises un péché comme la Grace divine pour un croyant, mais seul Dieu peut en juger.
    Il fut un temps, pas si lointain où en France dans un contexte particulier qui était celui du Service Militaire le suicide lorsqu'il échouait, nous en étions alors a une tentative de suicide était passible de poursuites pénales comme moyens de se soustraire aux obligations militaires.
    Ceci alors que le meurtre de soi : sui ciderer est bien plus complexe que de se soustraire et ne peut se réduire à cela.
    Reste que le mot même dérange suffisamment pour tenter de l'éviter d'où "autolyse" pas totalement approprié.
    Maintenant quand le soleil noir de la Mélancolie vient ombrager l'ombrageux Grand Soleil du XXI siècle, il le laisse bien démuni ... reste l’opprobre sociale comme dissuasion, renvoyer le suicide à une " trahison" ...moyen bien désespéré.

    Dr T. Colin

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.