Quand le metaverse s’invite à la fac

Paris, le samedi 1er octobre 2022 - Le metaverse (ou metavers), tous nos lecteurs en ont entendu parler… Mais il demeure difficile à appréhender, y compris pour notre rédaction ! Il pourrait être défini comme la version future d'Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés, permettront aux utilisateurs de se façonner des avatars et d’interagir socialement et professionnellement en 3D. Une sorte de monde parallèle et virtuel…

En médecine, cela pourrait se traduire par l’utilisation fréquente de casques de réalité virtuelle pour l’enseignement et la pratique médicale, ou encore par l’utilisation de « jumeaux numériques » pour préparer des prises en charge « classique ». Mais il ne s’agirait là que d’une petite part de ce que pourrait permettre le metaverse selon ses thuriféraires.

Dans ce contexte, l’Université Paris Cité (Faculté de santé, UFR de médecine), en association avec le Centre de Responsabilité Santé Connectée (Hôpital Bichat, AP-HP) prend les devants et ouvrira dès la rentrée prochaine un enseignement diplômant « pour tous ceux qui s’intéressent ou participent aux innovations digitales en santé » écrit l’AP-HP dans un communiqué. Il s’agirait d’une première mondiale.

Cet enseignement, dirigé par le Pr Boris Hansel (un ancien collaborateur du JIM) et le Pr Patrick Nataf aura une forme novatrice. La formation, dispensée essentiellement en distanciel fera la part belle aux nouveaux outils pédagogiques, « en particulier l’e-networking et l’e-speed meeting favorisent l’interaction, les échanges et les rencontres interprofessionnelles en optimisant le temps d’enseignement » (sic).

Emmanuel Haussy

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article