AVC de l’adulte jeune : trop d’alcool !

Chez l’adulte jeune, la consommation modérée ou élevée d’alcool expose à une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) notamment hémorragique. Ce facteur de risque potentiellement modifiable mérite la plus grande attention, compte tenu de ses ravages potentiels, d’autant que la pandémie de Covid-19 l’a grandement favorisé dans la plupart des pays du monde, confinement(s) aidant.

Les études qui ont évalué le risque en question reposent sur une mesure unique de la consommation d’alcool, alors que celle-ci a une nette tendance à fluctuer       au fil du temps avec des accès d’alcoolisation parfois massive tel que le binge drinking malheureusement prisé par les plus jeunes… Il importerait de prendre en compte la dose cumulée d’alcool sur une longue période pour affiner les connaissances dans ce domaine, tout particulièrement dans la tranche d’âge 20-39 ans.

Une cohorte de plus d’un million cinq cent mille adultes jeunes

C’est là l’objet d’une étude de cohorte nationale sud-coréenne, rétrospective qui a reposé sur la base de données de l’Assurance-maladie du pays, en l’occurrence la Korean National Health Insurance Service database. Ont été inclus 1 536 668 participants âgés de 20 à 39 ans (âge moyen 29,5 ans, hommes : 71,5 %) qui ont tous bénéficié entre 2009 et 2012 d’un bilan de santé annuel. La dose cumulée d’alcool consommé a conduit à attribuer le score 1 à tous ceux qui avouaient une consommation hebdomadaire ≥105 g lors de chaque entretien.

Les scores annuels ont été additionnés pour aboutir à une valeur maximale de 4, témoignant d’une intempérance régulière et plus que modérée. Au cours des six années qui ont suivi, ont été dénombrés 3 153 AVC ischémiques ou hémorragiques, ce qui correspond à un taux d’incidence de 0,37 pour 1 000 sujets-années).

Une très probable relation du type dose-effet

Une analyse multivariée avec ajustements multiples a mis en évidence une association positive entre les scores précédemment définis (2, 3 et 4 versus 0) et le risque d’AVC. Les valeurs des hazard ratios ajustés (HRa) ont été estimés à 1,19 (intervalle de confiance à 95 % IC 95% 1,05–1,34), 1,22 (IC 95% 1,09–1,38) et 1,23 (IC 95% 1,10–1,38) pour des scores de respectivement 2, 3 et 4. Cette relation du type dose-effet est apparue plus significative quant au risque d’AVC hémorragique, les valeurs correspondantes des HRa étant de fait respectivement estimés à 1,30  (IC 95% 1,10–1,54), 1,42 (IC 95% 1,21–1,67) et 1,36 (IC 95% 1,16–1,59).

Les doses cumulées d’alcool augmentent notablement le risque d’AVC hémorragique chez l’adulte jeune. L’évaluation de la consommation d’alcool est certes imprécise puisqu’au-delà du seuil de 105 g/semaine, il n’est plus possible d’échantillonner, mais tout prête à penser que la courbe esquissée poursuit sa pente ascendante. Ce facteur de risque modifiable doit être pris en compte dans la prévention primaire des AVC à tout âge, mais encore plus dans la tranche d’âge 20-39 ans où la consommation d’alcool peut atteindre certains soirs et chez certains sujets des sommets qui mettent le cerveau à rude épreuve.

Dr Giovanni Alzato

Référence
Jae-wook Chung et coll. Cumulative Alcohol Consumption Burden and the Risk of Stroke in Young Adults. A Nationwide Population-Based Study. Neurology. 2023 ; 100(5): e505– e515.doi: 10.1212/WNL.0000000000201473.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.