Au Royaume-Uni, les vaccins à ARNm sont déconseillés pendant la grossesse !

Le Gouvernement du Royaume-Uni vient de recommander aux femmes enceintes et allaitantes d’éviter le vaccin à ARMm contre la Covid-19, car « des garanties suffisantes quant à l'utilisation sûre du vaccin ne peuvent être fournies à l'heure actuelle ».

Ces conclusions du gouvernement britannique ont été publiées dans un rapport du Ministère de la Santé et des Affaires sociales du pays, intitulé "Summary of the Public Assessment Report for COVID-19 Vaccine Pfizer/BioNTech", mis à jour le 16 août 2022. Le document a été publié par l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé du gouvernement [1].

Dans la section "Conclusions sur la toxicité" (p 49-50 du rapport) sont données les raisons pour lesquelles le ministère recommande de ne pas administrer le vaccin aux femmes enceintes et allaitantes :  " Les données permettant d'étayer la sécurité d'emploi pendant la grossesse sont insuffisantes. Par conséquent, le BNT162b2 (Pfizer/BioNTech) n’est pas recommandé pendant la grossesse.

Cependant, l'utilisation chez les femmes en âge de procréer peut être maintenue à condition que les professionnels de santé soient informés d'exclure toute grossesse connue ou suspectée avant la vaccination. Par mesure de précaution, il est conseillé aux femmes en âge de procréer d'éviter toute grossesse jusqu'à au moins 2 mois après la vaccination (*voir le texte original des éléments cités en fin du document)."

Il est aussi précisé en page 49 de ce rapport "qu’il n'y a pas de données concernant les femmes enceintes et les patients immunodéprimés, car ces sujets ont été exclus de l’essai …". Les femmes enceintes avaient en effet été exclues des essais vaccinaux (**voir le texte original en fin du document).                                

Le Gouvernement français incite, lui à la vaccination des femmes enceintes


Se basant sur les positions de la HAS (Haute Autorité de santé), de l’ANMS (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, le gouvernement français recommande au contraire la vaccination chez la femme enceinte.

Pour la HAS l’administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n’est pas contre-indiquée ; "elle doit être envisagée si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques pour la mère et le fœtus.
En particulier, les femmes enceintes de plus de 35 ans ou celles présentant d’autres comorbidités comme l’obésité, le diabète ou les maladies cardiovasculaires, ou les femmes enceintes susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle pourraient se voir proposer la vaccination" [2].

La HAS a confirmé sa position dans un avis publié le 13 juillet 2022 dans lequel elle recommande une deuxième dose de rappel pour les femmes enceintes dès 6 mois après le dernier rappel [3].

La position de l’ANSM publiée le 12/02/2021 et mise à jour le 31/05/2022 va dans le même sens [4]. Les recommandations suivantes sont données : "la vaccination contre la Covid-19, avec un vaccin à ARNm (Comirnaty ou Spikevax), est fortement recommandée pour les femmes enceintes …- …il n’existe aucun élément inquiétant à ce jour pour la mère et pour l’enfant à naître, quel que soit le vaccin (ARNm ou vecteur adénoviral) …- …A ce jour, aucun signal n’a été identifié chez les femmes enceintes et allaitantes avec l’ensemble des vaccins contre la Covid-19 disponibles en France- …Ces vaccins peuvent être utilisés au cours de l’allaitement " .

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, dans son avis du 17 novembre 2021, recommande la vaccination de toutes les femmes enceintes, quel que soit le stade de la grossesse. En outre, dans sa note du 2 février 2022, le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale rappelle l’importance de la vaccination, y compris en rappel, chez les femmes enceintes et les femmes ayant un désir de grossesse [5].

Que conclure sur la vaccination des femmes enceintes.

Nous avons là entre le RU et la France deux positions radicalement différentes.

Pour le RU, les données fournies par le laboratoire Pfizer/BioNTech sur les vaccins ARNm ne permettent pas d’affirmer la sécurité d’emploi chez les femmes enceintes, puisque les femmes enceintes étaient excluent des essais. C’est le principe de précaution qui prévaut.         

Pour la France, c’est le risque de complications pour la mère et le fœtus après infection par le SARS-CoV-2 qui prévaut ; les bénéfices potentiels de la vaccination l’emportent sur la preuve de sécurité d’emploi, cela  bien que le principe de précaution soit inscrit dans la constitution française ; de plus elle s’appuie sur l’absence d’effets indésirables graves chez les femmes vaccinés [4].

A chacun de se faire son opinion.

*« The data to support safety in pregnancy are insufficient. Therefore, BNT162b2 is not recommended during pregnancy. However, use in women of childbearing potential can be supported provided healthcare professionals are advised to rule out known or suspected pregnancy prior to vaccination. As a precautionary measure, women of childbearing potential are advised to avoid becoming pregnant until at least 2 months after vaccination »»  p 49-50 du rapport.

**« There are no data in pregnant women and immunosuppressed patients as these subjects were excluded from the trial » p 49 du rapport.

Pr Dominique Baudon

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Principe de précaution et transparence en Angleterre

    Le 08 septembre 2022

    En tout cas, les anglais appliquent, en plus du principe de précaution, la transparence en publiant une analyse poussée sur les "Impacts directs et indirects du COVID-19 sur la santé en Angleterre : impacts émergents d'Omicron" :
    https://www.gov.uk/government/publications/direct-and-indirect-health-impacts-of-covid-19-in-england-emerging-omicron-impacts/direct-and-indirect-health-impacts-of-covid-19-in-england-emerging-omicron-impacts

    Dr J Hambura

  • Médicaments, grossesse et sémantique

    Le 09 septembre 2022

    Il faut savoir lire la sémantique...
    Il n'y a aucun médicament recommandé pendant la grossesse, pour la bonne raison que tout médicament (y compris un vaccin) doit faire l'objet d'essais sur volontaires sains avant d'être recommandé. Or, pour trouver une population de femmes enceintes ok pour participer à un essai de phase I, bah, faut se lever de (très) bonne heure...
    Ainsi, en obstétrique, on ne peut se reposer que sur l'expérience clinique et surtout sur le recul disponible : si des femmes enceintes, par hasard ou pas, on pris du Spas... pendant 40 ans, et qu'on n'a jamais constaté quoique ce soit, on peut en déduire que, a priori, le Spas... N'EST PAS contre indiqué pendant la grossesse (et non pas "recommandé", vous avez saisi la nuance je présume ?). En ce qui concerne les vaccins, le raisonnement est le même, et il est évident que le recul sur les vaccins conventionnels est bien supérieur au recul sur les vaccins à ARNm (lorsqu'ils existent).
    C'est tout le travail du CRAT qui distille ses recommandations uniquement sur des retours cliniques et des déclaration d'effets indésirables, mais qui n'a jamais, bien sur, d'étude observationnelle en double aveugle avec un bras "femme enceinte" et un bras "femme non enceinte"...
    Ceci pour dire que cette décision, purement politique afin de se mettre à l'abri des plaintes, n'a aucun intérêt sur le plan médical. Alors vous allez me dire "ah ah, on craint des plaintes, alors, c'est qu'on se doute que ce vaccin est pourri et qu'on ne nous dit pas tout !!!"
    En fait, le taux de malformation spontanée de l'espèce humaine est de 2 %, et le taux d'avortement spontané est de au moins 20 %. A l'évidence, il sera toujours impossible de disculper un vaccin fait au premier trimestre pour cette raison. En revanche l'étude "complications du covid pendant la grossesse "avec un bras femmes vaccinées et un bras femmes non vaccinées a bien été réalisée, et les résultats sont sans équivoque.
    Mais ça donne du grain à moudre dans les milieux antivax...

    Dr E Orvain

  • Au Royaume-Uni, les vaccins à ARNm restent conseillés pendant la grossesse au 2/9/2022

    Le 10 septembre 2022

    Une lecture trop rapide du titre (« Au Royaume-Uni, les vaccins à ARNm sont déconseillés pendant la grossesse ! ») induit le lecteur en erreur, malgré l’analyse nuancée du Pr Baudon.
    Cette affirmation est reprise par D Raoult cette semaine (6/9/2022) sur BFMTV : relayant … France – Soir (31/8/2022). Une Nième cerise sur un gâteau déjà bien trop indigeste
    Les choses ont été analysées* depuis : « Fast checking » vs « Fast reading »
    *https://factandfurious.com/fact-checking/non-le-vaccin-anti-covid-nest-pas-deconseille-au-royaume-uni-pour-les-femmes-enceintes
    1-L’affirmation repose sur un rapport gouvernemental UK du 16/8/2022* basé sur les seules données transmises par Pfizer lors de ses essais pivots… dont les femmes enceintes (et les enfants) étaient exclues. Moultes autres travaux ne sont pas intégrés. C’est par exemple le cas de la méta-analyse… anglaise** qui nous renseigne (entre autres) sur la moindre incidence des mort-nés chez les vaccinées : « COVID-19 mRNA vaccination in pregnancy appears to be safe and is associated with a reduction in stillbirth. »
    *https://www.gov.uk/government/publications/regulatory-approval-of-pfizer-biontech-vaccine-for-covid-19/summary-public-assessment-report-for-pfizerbiontech-covid-19-vaccine
    ** Prasad S, Kalafat E, Blakeway H et coll . Systematic review and meta-analysis of the effectiveness and perinatal outcomes of COVID-19 vaccination in pregnancy. Nat Commun. 2022 May 10;13(1):2414. doi: 10.1038/s41467-022-30052-w
    2- La position du National Health Service* était univoque le 22/7/2022* :
    • « It's strongly recommended that you get vaccinated against coronavirus (COVID-19) if you're pregnant or breastfeeding. »
    • « There's no evidence the COVID-19 vaccines have any effect on your chances of becoming pregnant. »
    • « There's no need to avoid getting pregnant after being vaccinated. »
    • « There's also no evidence that the COVID-19 vaccines have any effect on male fertility. »
    Prochaine revue prévue le 28/10/2022
    *https://www.nhs.uk/conditions/coronavirus-covid-19/coronavirus-vaccination/pregnancy-breastfeeding-fertility-and-coronavirus-covid-19-vaccination/

    3- Celle du gouvernement UK reste univoque au 2/9/2022* :
    « COVID-19 vaccination is strongly recommended for pregnant and breastfeeding women »
    *https://www.gov.uk/government/publications/covid-19-vaccination-women-of-childbearing-age-currently-pregnant-planning-a-pregnancy-or-breastfeeding/covid-19-vaccination-a-guide-for-women-of-childbearing-age-pregnant-planning-a-pregnancy-or-breastfeeding

    Les gouvernements Britanniques et Français me semblent donc être sur la même ligne (pour une fois) : les vaccins à ARNm restent conseillés pendant la grossesse au 2/9/2022.

    Dr JP Bonnet

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article