Cellules CAR-T ou quand l’industrie pharmaceutique prend le virage des thérapies géniques et cellulaires

L’immunothérapie anticancéreuse est une des avancées majeures de la médecine du 21ème siècle. Ce progrès a été rendu possible grâce à la recherche fondamentale qui a mis en avant le rôle majeur de l’environnement tumoral et du système immunitaire dans le développement de la maladie cancéreuse.

Parmi les récentes approches dans ce domaine, l’on citera le développement des cellules CAR-T : CAR pour Chimeric Antigen Receptor et T pour Lymphocyte T. Cette stratégie qui combine thérapie génique et thérapie cellulaire consiste à modifier génétiquement des cellules immunitaires du malade pour les armer contre la tumeur. En pratique, des lymphocytes T sont prélevées dans le sang du patient et modifiées en laboratoire pour les amener à exprimer des récepteurs de surface qui reconnaissent un antigène tumoral. Naissent alors les cellules CAR-T qui, une fois amplifiées in vitro, sont injectées en grande quantité au même patient pour s’attaquer à ses cellules cancéreuses. Bien que cette technique ait été développée à la fin des année 80, elle a connu un essor en 2017 avec l’apparition des deux premiers médicaments de thérapie génique : Kymriah® (laboratoire Novartis) et Yescarta® (laboratoire Gilead). Ils sont indiqués dans le traitement du lymphome B à grande cellule chez l’adulte. Kymriah® peut également être utilisé dans le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique B (LAL-B) chez l’enfant et le jeune adulte âgés de moins de 25 ans.

Quelques dates à retenir :

  • 2017 : l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) accorde au cas par cas des ATUn (Autorisation Temporaire d’Utilisation nominative) pour Kymriah®. Ces ATUn sont utiles afin de mettre à disposition rapidement un médicament qui n’a pas encore reçu son autorisation de mise sur le marché (AMM).
  • Juin 2018 : l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a rendu un avis positif pour l’AMM de Kymriah® et de Yescarta® dans le traitement de certains cancers hématologiques, chez des patients en impasse thérapeutique.
  • Aout 2018 : délivrance effective de l’AMM par procédure centralisée Européenne aux deux spécialités Kymriah® et Yescarta®

Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé (HAS), après avoir rendu un avis favorable à leur remboursement, souligne dans un communiqué de presse en mai 2019 : « l’incertitude quant à l’efficience de ces produits, et reste attentive aux données en vie réelle ». En effet, même si le taux de survie à 12 mois des patients atteints de lymphome diffus à grandes cellules B sont très encourageants (40 % pour Kymriah® et 60 % pour Yescarta®), les données de survie et d’efficacité à moyen et long terme sont manquantes. De plus, le coût très important de ces technologies (qui se chiffre en centaines de milliers d’euros par patient) et l’impact organisationnel conséquent que cela engendre en termes de déplacement et d’hébergement du patient à proximité d’un centre de référence en limite l’utilisation. Néanmoins et malgré les freins actuels à leur développement, les cellules CAR-T représentent un espoir de guérison pour des patients en impasse thérapeutique.

Novartis France annonce la production des premiers lots commerciaux de CAR-T cells dans son usine des Ulis

L’usine des Ulis située dans l’Essonne (Ile de France) est un site de bio-production Européen de médicaments de thérapie innovante (MTI) dont font partie les CAR-T cells. Cette usine située à proximité des deux aéroports d’Orly et de Roissy, produit les cellules CAR-T qui sont ensuite mises à disposition des patients Français et Européens. 

Frédéric Collet, Président de Novartis France souligne : « La décision de Novartis de choisir l’hexagone est un nouvel exemple de la confiance placée en la France et témoigne de son attractivité. C’est une grande source de fierté pour nous tous. Cela confirme notre rôle d’acteur de santé majeur en France, présent à la fois sur des activités de R&D et de fabrication. »

Au total, 6 lignes de production indépendantes et flexibles permettent de relever le défi industriel de produire de nouvelles thérapies géniques et cellulaires complexes avec des volumes faibles (plus proches de ceux d’un laboratoire de recherche) dans un environnement stérile et contrôlé et avec un planning de production très strict. Après avoir reçu l’approbation des différentes autorités de santé (ANSM et EMA), ce site a produit :

  • Les premiers lots cliniques de CAR-T en juillet 2019
  • Les premiers lots commerciaux de CAR-T à destination des patients Français et Européens au 3ème semestre 2020

Le laboratoire Novartis, qui a reçu deux Prix Galien en 2019 pour ses innovations dans les thérapies géniques et cellulaires en hématologie et en ophtalmologie, au travers du développement de cette usine, souhaite contribuer au rayonnement international de l’industrie de santé Française.

Dr Dounia Hamdi

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article