Grippe : la vaccination 2018

Les 31e rencontres sur la grippe et sa prévention se sont déroulées à Paris fin novembre. Les anniversaires du centenaire de la pandémie de 1918 et du cinquantenaire de celle de 1968 ont constitué un moment fort de cette journée. Par ailleurs, le panorama des vaccins saisonniers étant en train de changer, plusieurs communications ont ciblé les facteurs conduisant à ces évolutions, tant du côté du vaccin que des populations cibles de cette vaccination.

Bonne lecture. 

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Vaccination antigrippale Intradermique

    Le 28 décembre 2018

    On ne parle plus de la vaccination antigrippale par voie intradermique et le vaccin Intanza n'est plus autorisé en France. Ce mode d'administration permet d'obtenir une efficacité équivalente, sinon supérieure à la voie IM préconisée par les fabricants et les autorités sanitaires. Il permet, en outre, de disposer de quantités de vaccin au moins 10 fois supérieures à celles élaborées annuellement. En cas de pandémie, les doses disponibles ne permettraient de vacciner que 14 % de la population, et une pandémie, même peu importante, pourrait être à l'origine de 200 millions de morts (Dr Osterholm, New England J. Med. Vol.352, 18).
    C'est exactement le même problème qui est à l'origine de la dernière mise au point de la HAS qui encourage les laboratoires commercialisant les vaccins antirabiques en France à déposer une demande de modification d'AMM pour la prophylaxie post-exposition à la rage (HAS, calendrier vaccinal 2018).

    En ce qui me concerne, en tant que mésothérapeute, ancien maître de stage de la SFM, il y a fort longtemps que je pratique cette méthode d'injection ID mini dosée, sans problème et avec succès (Mésothérapie - La nouvelle voie - Dr Jean-Pierre Multedo).

    Dr Jean-Pierre Multedo

Réagir à cet article