Injections intra-vitréennes et risque d'endophtalmie

L'endophtalmie est l'une des complications les plus redoutées de toutes les procédures intraoculaires et les injections intra-vitréennes d'anti-VEGF ne font pas exception.

Cependant les données concernant ce risque après injections intra-vitréennes pour traitement d'une forme néovasculaire de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) sont quasiment inexistantes. Ce qui fait tout l'intérêt d'un travail prospectif portant sur des yeux atteints de DMLA néovasculaire pour lesquels un traitement par injections intra-vitréennes d'anti-VEGF avait été commencé entre 2006 et 2016 et qui étaient suivis dans le registre de lutte contre la cécité rétinienne (FRB pour Fight Retinal Blindness).

Les données consignées dans cette vaste base de données montrent que le risque d'endophtalmie après des injections intra-vitréennes est faible. Et, ce qui est tout aussi rassurant, que ce risque n’augmente pas avec le nombre d’injections.

Une endophtalmie infectieuse été documentée dans 18 cas, soit 1 cas environ sur 5 000 injections (en rapportant à un nombre total de 88 150 injections intra-vitréennes). Aucune différence significative n'a été trouvée entre les médicaments anti-VEGF injectés.

Une endophtalmie non-infectieuse a été documentée dans 11 cas sur 88 150. Ce qui, rapporté au nombre total de 88 150 injections intra-vitréennes, équivaut à environ 1 cas sur 8 000 injections. A noter que dans ce cas l'incidence était plus élevée chez les sujets recevant du bévacizumab (8 cas sur 9 931 injections) que chez les sujets recevant du ranibizumab (3 cas 54 776) ou de l’aflibercept (0 cas sur 23 425). Sur 6 ans et sur l'ensemble des cas, une légère augmentation d'incidence a été constatée au début suivie d'un plateau.

Une perte de plus de deux lignes de vision à un an a été observée dans environ un tiers des cas d'endophtalmie infectieuse versus un quart des cas d'endophtalmie non-infectieuse.

Une récupération lente de la vision est constatée au fil du temps. Mais, au final, l'acuité visuelle existant avant l'endophtalmie n'est pas récupérée et régresse de la même manière qu'avant le début du traitement par anti-VEGF.

Dr Jean-Claude Lemaire

Références
Barthelmes D : Incidence and outcomes of infectious and noninfectious endophthalmitis after intravitreal injections for age-related macular degeneration.

EURETINA 2018 (Vienne, Autriche) : 20-23 septembre 2018.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.