Quelle est la part de la génétique dans nos comportements et performances cognitives ?

« Tous les troubles psychiatriques, les performances scolaires voire certains évènements de vie qu’on n’aurait pas spontanément lié à la génétique ont en fait une composante génétique ». Le décor est rapidement planté par le Pr Yann Le Strat, psychiatre à l’Hôpital Louis-Mourier, Colombes qui clôture la première matinée des JIRP 2023 dédiée aux 1000 premiers jours de vie.

L’héritabilité définie en statistique comme « la proportion de la variance d’un phénotype qui est liée à la génétique » est un moyen d’estimer le poids des facteurs génétiques additifs dans un phénotype donné. Plusieurs méthodes permettent d’estimer cette héritabilité comme : les études de jumeaux homozygotes versus jumeaux dizygotes, les études d’adoption ou encore des études génomiques type GCTA (Genome-wide Complex Trait Analysis). Dans la thématique des comportements et des performances cognitives, Pr Yann Le Strat revient sur cinq hypothèses étayées actuellement par des études d’héritabilité :

1-Tous les traits psychologiques ont une héritabilité significative : c’est le cas par exemple de l’intelligence dont l’héritabilité est « estimée à 50 % » et ce, quel que soit la méthode de mesure et la zone géographique concernée.

2-Les corrélations phénotypiques entre les traits psychologiques sont en partie liés à la génétique : par exemple, les individus qui ont de bonnes évaluations en mathématiques en ont généralement de bonnes en langue française ou encore la corrélation entre persistance/résilience et la réussite scolaire. Ces corrélations sont en partie liées à la génétique.

3-La plupart des mesures dites environnementales ont une composante génétique : par exemple, l’impulsivité (dont la part de l’héritabilité est « estimée à 60-80 % ») chez un individu peut l’amener à avoir plus d’accidents de la route.

4-Les associations entre les mesures environnementales et les traits psychologiques sont en partie liées à la génétique : par exemple, l’association entre parentalité négative (punitions sévères, critiques systématiques versus renforcement positif) et le risque de développer des traits anti-sociaux est liée aux deux tiers à des facteurs génétiques et ceci s’explique car les parents et les enfants partagent la moitié de leur matériel génétique.  

5-Les effets environnementaux ne sont souvent pas partagés dans une même famille mais ce sont les facteurs génétiques qui expliquent les liens entre les enfants d’une même fratrie : par exemple, dans une même fratrie élevée par les mêmes parents, les performances scolaires sont souvent corrélées. Pr Le Strat précise à ce titre que l’héritabilité de la réussite scolaire est « estimée à 90 % ».

Ces hypothèses ont suscité de vives réactions dans le public, en particulier celles concernant l’intelligence et la réussite scolaire. En réponse, Pr Yann Le Strat rappelle que l’environnement garde bien une part importante dans l’expression de notre potentiel génétique, par exemple, sans environnement favorable comme un accès égalitaire à l’enseignement, l’héritabilité de la réussite scolaire n’exprimera pas totalement son potentiel.

Dr Dounia Hamdi

Référence
Pr Y. LE STRAT. Comportements et performances cognitives, sont-ils déjà programmés dès le début des 1 000 premiers jours ? Journées Interactives de Réalités Pédiatriques (23-24 mars 2023. Palais des congrès de Versailles).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article