Evaluation du linzagolix dans la prise en charge des ménométrorragies

Les analogues de la GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone) sont efficaces dans la prise en charge des ménométrorragies associées aux fibromes utérins. La suppression totale de la sécrétion d’œstrogènes supprime les saignements, mais requiert une thérapie de substitution, appelée également « add-back thérapie » ou ABT : l’ajout d’œstrogènes à faibles doses prévient les symptômes liés à l’hypoœstrogénie et le risque de perte de densité minérale osseuse.

Le linzagolix, antagoniste des récepteurs de le GnRH, réduit la sécrétion d’œstrogènes de manière dose-dépendante. A la dose quotidienne de 200 mg par jour, elle en supprime totalement la production, alors que la suppression n’est que partielle à la posologie de 100 mg par jour.

Une étude de phase III a été menée avec pour objectif de vérifier si la suppression partielle de la sécrétion d’œstrogènes réduisait les ménométrorragies sans provoquer de perte de densité minérale osseuse constatée lors de la suppression totale.

A 24 semaines, les taux de réponse et d’aménorrhée sont significativement supérieurs sous linzagolix (aux 2 doses, avec ou sans ABT)

Au total, 535 patientes ont été incluses et randomisées pour recevoir un 100 ou 200 mg de linzagolix ou un placebo, avec ou sans ABT. Ces patientes ont été suivies pendant 52 semaines et une évaluation a été effectuée après 24 semaines de traitement.

A 24 semaines, le taux de réponse (tel que défini par l’investigateur) a été significativement supérieur dans tous les groupes sous linzagolix, en comparaison avec le placebo. Ce taux de réponse a été estimé à : 29,4 % dans le groupe placebo, 93,9 % dans le groupe « 200 mg de linzagolix + ABT », 77,7 % dans le groupe « 200 mg de linzagolix sans ABT », 77,2 % dans le groupe 100 mg de linzagolix + ABT et 56,7 % dans le groupe « 100 mg de linzagolix sans ABT ».

Le taux d’aménorrhée a été évalué, respectivement dans les groupes cités ci-dessus, à : 11,8 % , 80,6 %, 70,9 %, 63,4 % et 34 %. Il apparaît aussi une réduction des douleurs et du volume utérin dans tous les groupes sous linzagolix, et une réduction significative du volume des fibromes pour les patientes recevant la plus forte dose, avec ou sans ABT. Quant au taux sérique d’œstradiol, il est maintenu inférieur à 20 ng/l avec la posologie de 100 mg sans ABT, et entre 20 et 60 ng/l dans les autres groupes.

Perte modérée de la densité minérale osseuse sous linzagolix


Quant à l’évolution de la densité minérale osseuse au niveau lombaire, elle est de 0,514 % dans le groupe placebo, de – 2,068 % pour les patients recevant la dose de 100 mg de linzagolix sans ABT, de – 0,992 % pour 100 mg de linzagolix + ABT, de – 4,019 % avec 200 mg de linzagolix sans ABT et enfin de – 1,305 % avec 200 mg de linzagolix + ABT. Les modifications suivent le même schéma au niveau du col fémoral et de la « hanche totale », bien que les variations soient plus modérées.

Les résultats de cette étude de phase III sont prometteurs et le suivi à long terme fournira plus d’informations sur l’évolution des symptômes et de la densité minérale osseuse, sous les différents modèles de traitement. Les auteurs remarquent qu’il serait intéressant aussi de connaître précisément l’efficacité de la supplémentation en calcium/vitamine D chez ces patientes sous linzagolix pour fibromes utérins.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Taylor H. et coll. : Efficacy and safety of linzagolix on heavy menstrual bleeding (HMB) due to uterine fibroids (UF): Results from a placebo-controlled, randomized, Phase 3 trial. Congrès annuel de la Société Européenne de Reproduction Humaine et d’Embryologie. 5 au 8 juillet 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article