Gare au risque thrombotique en cas de préparation à la PMA

Les travaux sur les traitements substitutifs hormonaux prescrits dans différents contextes ont montré que les œstrogènes pouvaient être associés à une augmentation du risque thromboembolique. La question se pose également pour les femmes suivant des traitements hormonaux pour la préparation endométriale avant le transfert d’un embryon congelé. La question est d’autant plus importante qu’une augmentation du risque thrombo-embolique a été démontrée chez les femmes enceintes après aide médicale à la procréation, en comparaison avec celles qui conçoivent naturellement.

Dans ce contexte, une équipe Danoise a cherché à savoir si les marqueurs du risque thrombotique étaient influencés par la prise d’œstrogènes chez ces deux catégories de femmes. Pour ce faire, l’équipe en question a mené une étude prospective de cohorte, incluant 18 patientes suivies dans un centre d’aide médicale à la procréation et devant bénéficier d’un transfert d’embryon, 10 d’entre elles avec un cycle artificiel, les 8 autres avec un cycle naturel. Quatre contrôles sanguins ont été effectués : un contrôle avant la substitution hormonale, un autre au moment de la confirmation de la grossesse biochimique, un 3ème à la semaine 8 et un dernier à la semaine 13 (soit 5 semaines après l’arrêt de la substitution hormonale).

De l’analyse de ces examens sanguins apparaît une augmentation de la génération de thrombine dans le groupe « cycle artificiel », après la substitution hormonale, avec un temps de latence plus court (3 min versus 6,4 min), une valeur plus élevée du pic moyen (329 nM versus 259 nM) et un potentiel endogène de thrombine supérieur (1827 nM versus 1375 nM). En revanche, il n’a pas été noté d’augmentation significative de l’agrégation plaquettaire par rapport aux valeurs de base (avant le traitement hormonal).

Les auteurs conviennent que la cohorte constituant cette étude est très réduite et ils s’attendent à ce que les résultats soient plus éloquents avec des cohortes plus vastes. En attendant ces investigations, ils recommandent d’évaluer individuellement les indications des cycles artificiels et de limiter l’exposition hormonale aux situations où elle s’avère absolument nécessaire.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Dalsgaard T. et coll. : Impact of frozen-thawed embryo transfers and hormone substitution on thrombotic risk markers. Congrès annuel de la Société Européenne de Reproduction Humaine et d’Embryologie. 5 au 8 juillet 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article