L’association nirmatrelvir/ritonavir améliore les symptômes de Covid-19 plus rapidement que le placebo

Plus de 600 millions de cas cumulés de Covid-19 ont été dénombrés dans le monde, et 6,5 millions de morts. Les nombreux efforts de recherches orientées vers ce thème ne sont donc pas surprenants.

En décembre 2021, la FDA états-unienne (Food and Drug Administration) accordait l’autorisation de commercialisation pour l’association nirmatrelvir/ritonavir, selon une procédure d’urgence, pour les patients à haut risque. Le nirmatrelvir est un puissant inhibiteur de la protéase 3C-like du SARS-CoV-2, enzyme indispensable pour la réplication de celui-ci.  Dans le traitement de la Covid-19, il est associé au ritonavir, un autre inhibiteur de protéases, qui joue un rôle de « booster pharmacocinétique » en inhibant le métabolisme du nirmatrelvir.

L’étude EPIC-HR a évalué l’association nirmatrelvir/ritonavir 300 mg/100 mg, administré 2 fois par jour chez des adultes présentant une forme légère à modérée de Covid-19 et à risque de progression vers une forme grave. Les premiers résultats ont montré une réduction relative de 88 % du risque d’hospitalisation ou de mortalité à J 28, quand le traitement était commencé dans les 5 jours suivant l’apparition des symptômes.

Les résultats secondaires de l’étude EPIC-HR


Les résultats de critères secondaires ont été présentés à l’IDWeek. Ils concernent le temps nécessaire pour une atténuation soutenue des symptômes et le temps nécessaire pour la disparition des symptômes, chez plus de 2000 patients symptomatiques non hospitalisés, à risque de progression vers une forme grave. La toux, les céphalées et les douleurs diffuses sont les symptômes les plus fréquents au moment du diagnostic et les céphalées et les douleurs sont les symptômes les plus sévères.

Il apparaît que l’amélioration ou la disparition des symptômes survient plus rapidement avec le traitement qu’avec le placebo (13 et 16 jours respectivement vs 15 et 19 jours). L’amélioration des symptômes survient plus tôt quand les patients ont reçu le traitement dans les 3 premier jours suivant l’apparition des symptômes (12 j vs 15 j avec le placebo). L’amélioration de la toux et des céphalées survient 2 jours plus tôt avec le traitement qu’avec le placebo. Les douleurs musculaires disparaissent 3 jours plus tôt qu’avec le placebo et l’essoufflement 4 jours plus tôt.

Les auteurs notent que la proportion de patients ayant des signes sévères était plus importante dans le groupe traitement que dans le groupe placebo, au moment de l’inclusion. La tendance s’inverse après le traitement.

Dr Roseline Péluchon

Références
D’après la présentation de Hammod J. : Sustained alleviation and resolution of targeted Covid-19 symptoms with Nirmatrelvir/Ritonavir versus placebo.
ID-Week - Washington D.C. - 19 - 23 octobre 2022 -

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article