Exclusif : les professionnels de santé (même non médecins) très défavorables à la vaccination des mineurs par les non médecins

Paris, le mardi 13 septembre 2022 – 79 % de nos lecteurs se disent opposés à l’augmentation des compétences vaccinales des non médecins, concernant les enfants et adolescents.

Depuis plusieurs années, les autorités étendent progressivement les compétences vaccinales des professionnels de santé non médecins, mettant ainsi fin au « monopole » des praticiens. Une politique qui s’inscrit dans un mouvement plus général de transfert de compétences des médecins vers les autres professionnels de santé.

A la faveur de l’épidémie de Covid-19, qui a vu les pharmaciens notamment jouer un rôle important dans la campagne vaccinale, ce mouvement s’est encore accéléré.

Les sage-femmes autorisées à vacciner les mineurs sans prescription


Le 24 avril dernier, pharmaciens, infirmiers et sage-femmes se sont ainsi vus autoriser à administrer la plupart des vaccins recommandés chez l’adulte. La Haute Autorité de Santé (HAS) a par la suite recommandé que les compétences vaccinales de ces derniers soient étendues aux mineurs.

Une recommandation qui a été partiellement mise en œuvre puisqu’en vertu d’un arrêté du 12 août dernier, les sage-femmes sont autorisées à vacciner tous les enfants sans prescription médicale, à l’exception de l’administration de vaccins vivants aux enfants immunodéprimés, qui reste de la compétence exclusive des médecins.

Comme souvent en cas de transfert de compétences vers les autres professionnels de santé, les médecins n’ont pas manqué d’exprimer leurs réticences. Le Collège de médecine générale (CMG) et le Conseil national des professionnels de pédiatrie (CNPP) s’étaient tout les deux montrés peu enthousiastes face à cette extension des prérogatives des maïeuticiens

Les médecins et infirmiers largement défavorables, les pharmaciens partagés


Un avis défavorable que les lecteurs du JIM semblent partager. Ainsi, 79 % de nos lecteurs qui ont répondu à notre sondage réalisé entre le 25 août et le 11 septembre se disent ainsi opposés à ce que des professionnels de santé non médecins puissent vacciner les mineurs sans prescription. Seulement 17 % approuvent la décision du gouvernement du 12 août dernier (4 % ne se prononcent pas).


Sondage réalisé sur JIM.fr du 25 août au 12 septembre


Sans surprise, les médecins se montrent les plus réticents à l’idée de devoir partager leur compétence vaccinale avec les maïeuticiens. 83 % des médecins répondants au sondage sont défavorables à la dernière réforme mise en œuvre et 12 % seulement l’approuvent.

Étonnamment, les infirmiers ne sont pas beaucoup plus enthousiastes, eux qui se sont pourtant vus accorder le droit de prescrire et d’administrer la plupart des vaccins destinés aux adultes en avril dernier : 71 % ne souhaitent pas que les non-médecins voient leur compétence s’accroitre et 27 % seulement y sont favorables.

Seuls les pharmaciens semblent un peu plus enclins à pouvoir un jour vacciner les mineurs sans prescription : 47 % souhaitent se voir accorder cette prérogative, contre 51 % qui y sont opposés.

Les résultats de notre sondage semblent ainsi montrer que non seulement la réticence des médecins à devoir partager leurs compétences avec les autres professionnels de médecin est bien une réalité, mais que ce rejet du transfert de compétences semble partagé par une partie non négligeable des professionnels de santé non médecins eux-mêmes.

Il y a pourtant fort à parier que le gouvernement n’entendra pas les critiques des premiers intéressés et continuera sa politique de partage des tâches vaccinales.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Vaccins et consultation

    Le 18 septembre 2022

    Les vaccins ne sont pas "qu'une injection" mais un moment de consultation où on fait le point, où on dépiste des problèmes de santé, de croissance etc... Je suis désolé mais les infirmières et les sage-femmes n'en ont pas la compétence. Les généralistes non formés ne sont d'ailleurs guère meilleurs.
    Déjà les sage-femmes revendiquent leur compétence en médecine néonatale (voir ce que revendique la présidente de leur ordre...) ce qui me fait bien sourire quand sur le terrain on voit leur nullité en la matière... A chacun son travail...

    Dr P. M., pédiatre

  • Vaccination des mineurs

    Le 18 septembre 2022

    Appliquer un vaccin n’est pas compliqué. Mais c’est quand-même l’occasion pour le médecin/sage-femme de voir l’enfant.
    De l’autre coté y a-t’il assez de médecins ?

    Dr N. Shand

  • Vaccination élargie aux professionnels de santé

    Le 18 septembre 2022

    Le but principal est de permettre une meilleure couverture vaccinale en donnant la possibilité plus élargie de vérifier le carnet de vaccination. Ce qui n’est pas fait pour les personnes qui n’ont pas de suivi médical.

    Dr F. A., Médecin PMI

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article