Masques, tests, traitements : les annonces d’Olivier Véran

Paris, le samedi 21 mars 2020 (19 h) - Le ministre de la santé, Olivier Véran a donné cet après-midi une conférence de presse (devant un seul journaliste relayant les questions de ses confrères !) durant laquelle il a fait des annonces concernant les masques, les tests et la thérapeutique.

Masques : la pénurie n’a pas cessé c’est sûr

Le ministre a d’abord fait le point sur le stock d’État des masques qui est, aujourd’hui, de 86 millions (81 millions de masques chirurgicaux, 5 millions de FFP2). En outre, le ministre a indiqué qu’une distribution était actuellement en cours auprès des établissements de santé et des professionnels de santé de ville, ainsi au total 70 millions de masques auront été délivrés depuis fin février. 

Mais la pénurie ne s’arrêtera pas pour autant. Olivier Véran estime à 24 millions le nombre de masques nécessaires par semaine en France (avec les stratégies actuelles de distribution). Or, les capacités actuelles de production sont de 6 millions de masques par semaine, capacités qui seront portées à 8 millions par semaine début avril (dont une moitié de FFP2).

Pour tenter de répondre aux besoins, l’État a commandé 250 millions de masques qui devraient être livrés dans les prochaines semaines.

Il a également rapporté que le Président de la République avait chargé le ministère de la défense et celui de l’économie de trouver des « alternatives » soit « pour démultiplier les chaînes de production, soit pour qualifier des alternatives jetables ou réutilisables ». Ainsi, 40 prototypes seraient actuellement à l’étude.

Il a enfin promis, sur ce point, de nouvelles annonces dans les prochains jours pour augmenter les stocks de masques.

Dans ce contexte, la priorité reste « de protéger les professionnels de santé », il a ainsi affirmé entre « ceux qui veulent être rassurés et ceux qui veulent être protégés j’assume de donner la priorité aux seconds ».

Pour les autres secteurs d’activité en contact avec le public (commerce alimentaire et police en particulier), Olivier Véran a précisé que la question serait évoquée, mardi, avec le Conseil scientifique du Président de la République.

18 masques par semaine et par soignant en ville

Le ministre a détaillé la distribution de masques dans les quinze jours à venir :

-    Pour les médecins de ville, les biologistes médicaux, les IDEL : 18 masques par semaine et par professionnel, dont des masques FFP2 (leur proportion n’a pas été précisée) ;
-    Pour les pharmaciens d’officine : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel ;
-    Pour les kinésithérapeutes : 6 masques par semaine et par professionnel dont des FFP2 (leur proportion n’a pas été précisée) ;
-    Pour les sages-femmes : 6 masques chirurgicaux par semaine, à utiliser pour le suivi des femmes enceintes testées positives pour le SARS-CoV-2 ;
-    Les chirurgiens-dentistes ont, selon les informations du ministre, eux-mêmes constitué et distribué un stock de masques ;
-    Pour les prestataires de services et les distributeurs de matériels médicaux : un lot de 50 masques par semaine par entreprise ;
-    Pour les auxiliaires de vie et les personnels du soin à domicile : 9 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel ;
-    Pour les EHPAD et les structures médicosociales : 5 masques chirurgicaux par lit et par semaine ;
-    Dans les établissements de santé : dans les services prenant en charge des cas possibles, 3 masques (dont des FFP2 en proportion inconnue) par personnel et par jour ;
-    Pour les services d’hospitalisation à domicile : 2 boîtes de 50 masques par semaine et par structure ;
-    Pour les transporteurs sanitaires et les centres de secours : une boîte de 50 masques chirurgicaux par semaine.

Pour les EHPAD, le ministre annonce qu’ils disposeront en outre de 500 000 masques chirurgicaux par jour (on compte environ 7 000 EHPAD en France).

En revanche, le mode de distribution de ces masques n’a pas été précisé.

Test : changement de doctrine

Concernant les tests par PCR, le ministre a expliqué « dans le même esprit qui a présidé à la distribution des masques, nous faisons le choix d’un usage rationnel, raisonnable, raisonné des tests ».

Pour le ministre, comme pour la grippe, il n’est pas nécessaire de réaliser systématiquement des tests.

Les publics prioritairement dépistés sont donc : les professionnels de santé symptomatiques, les personnes âgées symptomatiques, les patients présentant une difficulté respiratoire, les sujets présentant des comorbidités, les femmes enceintes, les donneurs d’organes, les donneurs de tissus.

Aujourd’hui 60 000 tests ont été réalisé (4000 par jour actuellement).

Mais désormais, la nouvelle doctrine de l’OMS est de « tester, tester, tester », et, en prévision du moment où le confinement sera levé, le ministre a annoncé que la capacité journalière de test va continuer de s’accroître et « se multiplier » (par quel coefficient ?).

Sans rentrer dans les détails, il a aussi évoqué la mise au point rapide d’un nouveau test, plus simple à utiliser.

Thérapeutique : le fantôme de la chloroquine

Concernant les thérapeutiques, il a promis que si un traitement faisait preuve de son efficacité, il serait disponible « sans délai », tout en respectant les exigences « scientifiques et sanitaires ».

Mais ce n’est qu’a la question d’une journaliste qu’il a évoqué la l’hydroxychloroquine, dans tous les esprits ces derniers jours.

Sur ce point, il a annoncé être en contact très régulier avec le Pr Raoult de Marseille et lui avoir toujours permis de mener ces travaux avec des autorisations délivrées « dans un délai record ». Fort de résultats encourageants, le protocole du Pr Raoult sera reproduit à plus grande échelle, dans d’autres centres hospitaliers. Des études dont les conclusions seront connues dans une quinzaine de jours et pourraient donner lieu à de nouvelles recommandations thérapeutiques.

Le bilan quotidien de l’épidémie en France n’a été connu qu’après cette conférence de presse. Il fait état de 14 459 cas testés par PCR, 1 525 patients en réanimation, 562 morts (+ 112 en 24 h versus + 78 hier). Quant au nombre de sujets contaminés, si le ministre estime qu’il y aurait entre 30 et 90 000 personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, ce chiffre serait très inférieur à la réalité si l’on se base sur les données de Sentinelles de la semaine dernière et d’autres extrapolations. 

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (12)

  • Cause toujours

    Le 21 mars 2020

    A Paris pas de masque chez les pharmaciens pour les professionnels de santé, pas de gel, et... plus de thermomètre.

    Dr Christiane Mirabaud

  • On se fout de notre g...

    Le 21 mars 2020

    18 masques chirurgicaux par semaine par professionnel, sachant qu’ils ne protègent pas le porteur, et que le patient aussi doit en porter un...rassurez-moi, je suis le seul à être scandalisé ? Le seul qui trouve que l’on se fout de notre g...?

    Dr Philippe Kramarz

  • La France tire vraiment son épingle du Je

    Le 21 mars 2020

    Les français resteront toujours des gaulois ! Et notre humour à défaut de nos capacités me ravit +++.
    À l’heure des carnavals annulés je trouve perso que la France tire vraiment son épingle du jeu (je) faute de masques...

    Dr Patricia Erbibou

Voir toutes les réactions (12)

Réagir à cet article