Ne m’appelez plus jamais médecin homéopathe

Paris, le vendredi 4 octobre 2019 - Il appartient au Conseil national de l’Ordre des médecins de fixer la liste des titres que les médecins peuvent mentionner sur leur plaque, leurs ordonnances ou dans un annuaire professionnel.

« Parmi les critères généraux d’évaluation aujourd’hui à l’œuvre pour accorder le droit au titre figurent notamment l’exigence d’une formation universitaire validée de type DIU (Diplôme inter universitaire), d’une formation qui respecte les règles de déontologie médicale, d’une formation n’ayant pas de lien d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique » rappelle l’Ordre.

Or, parmi ces titres figurait, jusqu’à hier, la mention « homéopathie », alors même qu’il n’existe pas, pour l’heure, de (DIU) dans cette discipline.

Aussi, le CNOM réuni en session plénière a adopté « à une très large majorité » la décision de mettre « fin aux conditions dérogatoires du droit au titre vis à vis de l’homéopathie », conditions créées en 1974.

Cette disposition ne sera pas rétroactive et en pratique seuls les futurs médecins homéopathes ne pourront plus en faire mention sur leurs ordonnances, plaques ou annuaires professionnels.

Une victoire à la Pyrrhus pour les « antifakemed »

En outre, le CNOM ne ferme pas pour autant la porte à l’homéopathie et pourrait favoriser la mise en place d’un DIU, à l’heure ou nombre de facultés ont pourtant choisi de supprimer leurs DU (Diplôme universitaire) dans ce domaine.

Ainsi, dans son texte, le CNOM appelle les universités « à travailler ensemble à l’élaboration éventuelle d’une maquette de diplôme plus globale à propos de l’intégration des médecines complémentaires et alternatives, dont la reconnaissance du droit au titre pourrait être secondairement débattue par l’Ordre ».

Un appel et une non-rétroactivité que raillent déjà les plus vigoureux des « antifakemed ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (16)

  • Pensée unique

    Le 05 octobre 2019

    Le pouvoir est dans les mains de la pensée unique.
    L'efficacité est dans la transversalité et l'interaction.
    Donc ce n'est pas l'efficacité qui a le pouvoir.

    Aucun respect pour ceux qui travaillent sur le terrain et qui cherchent de l'aide lorsque la médecine dite conventionnelle est dépassée.
    Aucun respect pour la souffrance des patients si celle-ci n'entre pas dans les cases formatées du diagnostic.

    La médecine conventionnelle met en jeu le rôle du dialogue singulier. A moins qu'elle ne trouve pas assez noble de s'occuper de nos contemporains qui n'ont ni cancer, ni pathologie "intéressante"?

    Dire qu'on ne sait pas est légitime et respectable. Empêcher les autres de chercher est criminel.
    Ceux qui ont fait progresser la médecine étaient des esprits libres. Ils l'ont parfois payé cher, de leur vivant et même après leur mort.

    Dans les mains de qui trouverons-nous la compétence, c'est-à-dire le choix thérapeutique pertinent, si les praticiens reconnus ne le détiennent plus?

    Elisabeth Latour-de Mareuil (SF)

  • Il n'a pas de médecine traditionnelle

    Le 05 octobre 2019

    (A Mme Latour de Mareuil) Non madame il n'a pas de médecine traditionnelle. Il y a la MEDECINE, avec ses connaissances scientifiques et ses méconnaissances, comme toute science.

    A côté, il y a la médecine des charlatans, médecins ou non qui ne savent plus rien de leurs cours et qui ne savent pas faire une anamnèse ou un bon examen physique.

    Il est vrai que c'est de moins en moins enseigné.

    Dr Guy Roche, ancien interniste et ancien maître de stage

  • Dinosaures

    Le 07 octobre 2019

    Les dinosaures du CNOM et de l'académie de médecine sont sourds et aveugles.

    Un scientifique de renom cloué au pilori dans les années 1990 pour hérésie médicale (la "mémoire de l'eau"), un prix Nobel de médecine qui confirme ses travaux, un prix Nobel de physique qui lui dit: "vous avez complètement raison", un spécialiste de la structure de l'eau en physique quantique qui explique comment tout ça fonctionne, une équipe chinoise qui confirme les travaux des précédents, tout ça n'existe pas et ne peut pas exister pour ceux qui ont décidé de rester prisonnier du "déjà connu".

    On se croirait dans le "Le jour le plus long": "Tes pateaux! Che fois tes milliers de pateaux! C'est incroyable! C'est le tébarquement te Normandie! - allons allons mon cher Franz, fous ne poufez pas foir tes milliers de pateaux puisque le tébarquement toit afoir lieux tans le pas-te-Calais".

    Les adversaires de l'homéopathie sont rigolos.
    Bientôt, ils seront ridicules.

    Dr Jean-Jacques Perret

Voir toutes les réactions (16)

Réagir à cet article