Rififi chez les blouses blanches : l’Ordre attaque son ancien président

Paris, le vendredi 7 février 2020 – Le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a annoncé dans un communiqué publié ce jeudi qu’il allait porter plainte contre le docteur Michel Legmann, qui fut son président de 2007 à 2013.

A l’ordre national des médecins, on lave son linge sale en famille. Le Conseil national a annoncé ce jeudi qu’il allait attraire son ancien président, le docteur Legmann, radiologue à Neuilly-sur-Seine, devant la chambre disciplinaire ordinale d’Ile-de-France pour des « malversations » qu’il aurait commises lorsqu’il était président du CNOM entre 2007 et 2013. Une plainte pénale a également été transmise devant le procureur de la République.

Un rapport au vitriol de la Cour des Comptes

Cette décision fait suite au dernier rapport au vitriol de la Cour des Comptes publié le 9 décembre dernier sur la gestion financière de l’Ordre des Médecins. Entre autres errements comptables, la Cour avait notamment pointé du doigt les indemnités excessives de nombreux conseillers de l’Ordre et notamment de son ancien président.

Ce rapport de la Cour des Comptes avait conduit le docteur Patrick Bouet, actuel président du CNOM et successeur du docteur Legmann en 2013, à mettre en place une commission d’enquête interne pour déterminer les suites disciplinaires à donner à ce rapport de la Cour. C’est sur la foi de l’enquête de cette commission que le CNOM a décidé en session plénière jeudi dernier de se désolidariser de son ancien président et de le poursuivre, tant sur le plan disciplinaire que judiciaire.

Indemnités excessives…

Il est notamment reproché au docteur Legmann de s’être fait verser, « avec l’accord du secrétaire général » précise le rapport de la Cour des Comptes, des indemnités supérieures de 9 000 euros au plafond légal de la Sécurité Sociale. Le praticien avait considéré « abusivement » que le plafond devait s’entendre net de cotisations CSG-CRDS. Comme le précise la Cour, le docteur Bouet a, dès son arrivée aux manettes en 2013, mis fin à cette pratique et a ramené son indemnité au plafond légal.

Le docteur Legmann se serait également rendu coupable selon la Cour de « pratiques abusives » en termes de remboursements de frais, à son profit et à celui de ses subordonnées. Sur ses trois dernières années de mandat, il aurait dépassé le plafond légal de plus de 78 000 euros chaque année. 

…et remboursements de frais imaginaires

Outre le docteur Legmann, trois autres élus du Conseil (deux vice-présidents et un élu de la Réunion) vont être poursuivis devant des chambres disciplinaires pour des indemnisations ou des remboursements de frais excessifs. Un élu des Pays de la Loire se faisait notamment rembourser des nuitées à Paris alors qu’il possédait un appartement dans la capitale.

La double plainte contre l’ancien président devrait être transmise en début de semaine prochaine selon le CNOM. Ce n’est pas la première que le Conseil agit contre l’un de ses anciens élus. Ainsi, par exemple, en 2018, le docteur Patrick Romestaing, ex-président du conseil de l’ordre du Rhône, avait été puni de deux ans d’interdiction dont un avec sursis pour avoir mis en place un système de double facturation de frais.

Il va de soi que le JIM présentera les arguments de la défense du Dr Legmann dans ses prochaines éditions.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Quel bonheur

    Le 07 février 2020

    Oui, c'est magique de découvrir ... un nouveau mot qu'on connaissait pas. Attraire, ça c'est beau. Quoi que mon oreille, malicieuse, me souflle qu'elle entend "à traire", ce qui me renvoie ipso facto à la vache à lait que je suis, sommé de payer sa cotisation ordinale sous peine de punition infamante.
    Je me demande à haute voix, en observant aussi nos avocats si égoïstes s'il faut entendre des ordres ou... désordre ?

    François-Marie Michaut

  • Je suis rassuré !

    Le 07 février 2020

    Fausses factures, frais de bouche somptuaires, dépenses pharaoniques...
    Je suis rassuré : je sais enfin où va le produit dès ma cotisation.
    Je trouvais celle ci tellement excessive eût égard aux services rendus que cette question me taraudait jours et nuits.
    Je peux désormais dormir tranquille…

    Dr Jean-Yves Marandon

  • Une vraie pompe à fric

    Le 08 février 2020

    Rien de surprenant. On retrouve les mêmes intérêts financiers directs ou indirects, de la part de certains membres dans un autre ordre: celui des kinés ; et là aussi la justice est intervenue.
    Quand on pense que le CO des médecins, s'est permis d'excommunier des médecins, pour seulement des délits d'opinions... Ce n'est pas la première fois que le CO se fait remarquer par des distributions d'indemnités larges. Quand va t-on supprimer cet organisme inutile, mais une vraie pompe à fric.

    Dr Christian Trape

Voir toutes les réactions (8)

Réagir à cet article