Thérapie de conversion : faut-il légiférer ?

Interview de Laurence Vanceunebrock, députée de l'Allier

Les thérapies de conversion, qui visent à « guérir » l’homosexualité et qui consistent soit en des groupes de prières, soit en des méthodes « médicales » (thérapie d’aversion, sismothérapie…) se sont développées ces dernières années aux États-Unis mais également en France.

Dans l’hexagone, ces thérapies ne sont pas à proprement parler interdites.

Dans ce contexte, les députés Laurence Vanceunebrock (LREM) et Bastien Lachaud (LFI) ont déposé une proposition de loi qui les réprime. 

Pour le JIM, Laurence Vanceunebrock fait la lumière sur ce phénomène qu’on aurait pu croire un mauvais souvenir des romans d’Yves Navarre…

Réagir

Vos réactions (7)

  • Quelle est la compétence des députés ?

    Le 02 juin 2021

    La contrainte par la loi ! Quelle est la compétence des députés pour interdire des pratiques non contraignantes qui peuvent aider ceux qui se sont laisser entrainer et n'avaient qu'une tendance passagère presque physiologique à d'adolescence, mais passage à l'acte facilité par la médiatisation actuelle de l'homosexualité.

    Dr Joseph Mignen

  • Thérapies

    Le 05 juin 2021

    Totalement d'accord avec le Dr. Mignen qui dit l'essentiel en peu de mots. J'ajouterais qu'une psychothérapie analytique non contraignante serait préférable à tout autre recherche d'issue.

    Dr Marc Nacht

  • Inquiétant

    Le 06 juin 2021

    Les 2 commentaires ci-dessus font froid dans le dos, et j'espère ne traduisent pas la pensée de la majorité des médecins. Quand le JIM parle de therapies visant à "guérir" l'homosexualité (on parle donc bien de torture notamment par sismothérapie), ils s'offusquent d'une éventuelle interdiction? Il faudrait songer à différencier ses opinions personnelles d'un autre temps de sa pratique médicale (pour ceux qui sont médecins, M. Nacht étant psychanalyste, et donc pas docteur en médecine).

    Dr Jérôme Adda

Voir toutes les réactions (7)

Réagir à cet article