Vers un certificat sanitaire européen pour la mi-juin

Bruxelles, le lundi 29 mars 2021 – Le commissaire européen Thierry Breton a dévoilé le projet de certificat sanitaire, qui devrait être disponible vers le 15 juin dans l’Union.

Après plusieurs semaines de débat et malgré les réticences de certains des États membres de l’Union Européenne (dont la France et l’Allemagne), le pass sanitaire européen serait en train de voir le jour. Plus précisément, il s’agira d’un « certificat vert numérique » (en ces temps écologiques, il est bon de mettre du vert partout), terme préféré aux notions de « pass » ou de « passeport », qui auraient une connotation trop contraignante. Déjà annoncé par la présidente de la commission européenne Ursula Von der Leyen début mars, ce certificat vert a été présenté en détail par le commissaire européen Thierry Breton ce dimanche.

Le certificat, qui sera disponible en version papier ou numérique à partir de la mi-juin, indiquera notamment si la personne a été vaccinée, si elle est porteuse d’anticorps à la suite d’une infection récente ou, dans le cas contraire, si elle a été testée négative par un test PCR. L’objectif est d’harmoniser les règles européennes sur les déplacements transfrontaliers et de permettre à tous les citoyens européens d’avoir accès au même certificat sanitaire, alors que la libre circulation des personnes au sein de l’Union est fortement perturbée depuis plus d’un an.

Le certificat sanitaire européen sera-t-il obligatoire pour se déplacer ?

De nombreuses zones d’ombres persistent sur ce certificat sanitaire européen et notamment sur son caractère obligatoire. Ce dimanche, Thierry Breton a assuré que les personnes qui ne souhaiteront pas utiliser ce certificat pourront toujours circuler à l’intérieur de l’Union Européenne à condition d’avoir été testé négatif pour le Sars-Cov-2.

Pourtant, dans un document de la Commission européenne sur ce certificat sanitaire, on peut lire que les personnes qui ne présenteront pas le document à l’entrée sur le territoire d’un État membre pourront y être soumis à une quarantaine. Le secrétaire d’état aux affaires européennes Clément Beaune a pour sa part indiquée que ce certificat sanitaire sera « sans doute obligatoire pour circuler ».

La mise en place d’un passeport ou d’un certificat sanitaire européen est réclamé depuis plusieurs semaines par de nombreux États membres de l’Union Européenne, notamment ceux qui sont le plus dépendant du tourisme. La Grèce et Chypre ont ainsi conclu un partenariat avec Israël, pays leader sur le terrain de la vaccination, pour permettre aux citoyens israéliens vaccinés de se rendre en vacances dans ces pays. En Pologne et en Estonie, les voyageurs vaccinés sont exemptés de quarantaine.

L’Allemagne et l’Espagne renforcent les contrôles aux frontières françaises

La mise en place de ce certificat sanitaire européen intervient alors que la campagne de vaccination s’accélère dans l’Union Européenne (environ 10 % des européens ont reçu une dose, soit 45 millions de personnes) mais aussi que les frontières européennes se referment en raison de la troisième vague. Ainsi, l’Allemagne et l’Espagne viennent de renforcer leurs contrôles à leurs frontières avec la France, en exigeant désormais un test PCR négatif aux voyageurs.

Au-delà du certificat sanitaire européen, se pose la question de la mise en place d’un certificat national, qui permettrait, lorsque les restrictions pourront progressivement commencer à être levées en France, de limiter l’accès de certains lieux publics aux personnes vaccinés ou immunisés. Un système déjà en place en Israël et appelé de ses vœux par Emmanuel Macron, mais qui est loin de faire l’unanimité chez les Français.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Vendre du rêve : le fond jaune

    Le 04 avril 2021

    Faute de gérer le pré, puis per-vaccins, il(s) passe(nt) au post-vaccinal évoqué avant même l'injection de la première dose nationale. Belle anticipation, inhabituelle. Belle fiction de l'Union trés virtuelle mais qui y croit encore ?

    Après Orange, notons le fond jaune ou jaunisant du pass-vert.
    Branché ce Mr Breton, touche à tout depuis tant d'années , multi-casquette ou bêret, passe partout surtout.
    Et pourquoi pas un pass arc en ciel, histoire de convaincre le plus grand nombre ?

    Mr F Bayrou, agrégé de lettres classiques, avait déja fait part de ses convictions sur l'immunité post-vaccinale.

    • Intégrer la notion de primo-infection documentée est une avancée déjà de mise (Israel-Islande) mais heureuse . Cette notion ne s'applique pas à la 3ième placardisation nationale en cours
    • Intégrer une PCR négative me laisse plus perplexe , une sérologie pourquoi pas avec pleins de réserves : Sérologie(s) intégrées au "pass" mais absentes des recommandations vaccinales nationales (HAS 2020-2021) ?
    • La question des « immuno-déprimés » ou « immuno-sénescents » moins candidats aux bienfaits des immunités post-infecteuses ou post-vaccinales ouvre un gouffre , si ce n’est par notre incapacité à les définir.
    • Le concept national d’égalitarisme , la terreur de la judiciarisation se rappellera à tous.

    La signification incitative , économique , touristique est évidente , non niée quitte à accepter bien des approximations puis couleuvres.

    Les acquis très rassurants sur l'impact vaccinal (mARN) vis à vis de la dynamique de transmission virale (Israel - UK - Mayo Clinic) , l'extension prochaine aux enfants 12-15ans (Pfizer) , les premiers essais 1/2/3 (Pfizer) chez les 6 mois-11ans : DEUX DOSES , Mr Breton , DEUX sur 3-4semaines (mARN) , 3Mois ("Astra" si tout va bien).
    Ces acquis devraient faire évoluer les avis du ... Conseil d'état dont l'expertise m'échappe sur ce sujet.

    Restera à affirmer doctement que toutes les plateformes se valent ... sans le moindre argument :
    1-Les mARN avancent sur les objectifs secondaires épidémiologiques , la grossesse , le mutant dit " sud africain"
    2- "Astrazenéca-Oxford " fraichement renommé (25mars) se débat sur les questions de la tolérance , de l'imputablité quitte à ... changer de nom : La belle pseudo - unanimité affichée pour le "pass" ne l'est pas pour cette évaluation
    3-Les autres sont en France en attente (Janssen JJ) ou pas prévus.

    Vendre du rêve surtout M.Breton ?

    Dr JP Bonnet

  • Savoir ce que l'on veut et assumer ses choix !

    Le 04 avril 2021

    Il semble désormais acquis SCIENTIFIQUEMENT que les vaccins anti-Covid19 aujourd'hui homologués et autorisés à l'injection (d'autres viendront sans doute) apportent une protection efficace avec un taux très élevé de réussite.

    Il semble tout autant acquis que celles et ceux qui auront refusé la vaccination, à moins d'avoir acquis une immunité naturelle par contamination, ne pourront prétendre aux mêmes libertés de circulation et de retour à la vie normale.
    Il apparaît donc très naturel que revienne (comme au temps pas encore si lointain) où la variole pouvait menacer, que l'on ait à présenter un "certificat de vaccination", sous une forme quelconque, ou "d'immunité", ou de "non contagiosité" pour circuler librement.

    A ceux qui craignent que l'établissement de ce document de déplacement et de voyage réclame trop d'intrusion dans leur "vie privée" et leurs "libertés individuelles", j'objecterai qu'il en demandera beaucoup moins que leur pièce d'identité et qu'à tripoter à longueur de jour leur téléphone portable, ils s'en font "piquer" par des voyous ou simplement des "commerçants indiscrets" infiniment plus et qui pourront, au besoin les plonger dans de graves ennuis.

    H.Tilly (MK)

  • Primum non nocere

    Le 07 avril 2021

    A H.Tilly (MK) : sans blague, vous comparez le covid à la variole ?
    Vous avez raison : une jolie étoile jaune pour les impudents qui auront refusé d'entrer dans un protocole expérimental valable jusqu'en 2023 !

    Zahia Chardin

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article