Vers une extension des vaccins anti-Covid-19 aux enfants de 5 à 11 ans ?

La vaccination est le principal moyen de contrôle de la pandémie de Covid-19. La limite inférieure de l’âge d’administration des vaccins anti-Covid-19 développés au cours de l’année 2020 a été abaissée à 12 ans et est en passe de l’être à 5 ans. Pour le vaccin à ARN messager produit par Pfizer-BioN’Tech, le BNT162b2, l’extension de la vaccination aux enfants de 5-11 ans est étayée par une étude publiée en avance en ligne dans le New England Journal of Medicine.

A l’issue de la phase 1 de l’étude un schéma vaccinal à 2 doses IM de 10 μg espacées de 21 jours - le tiers des doses utilisées au-dessus de 11 ans - a été adopté pour les enfants de 5 à 11 ans.

Au cours de la phase 2/3 de l’étude, la sécurité, l’immunogénicité et l’efficacité de ce schéma vaccinal ont été évaluées chez 2 268 enfants de 5 à 11 ans (âge médian : 8,2 ans) recrutés en juin 2021, dont, au final, 1 510 ont reçu le vaccin et 740 ont reçu un placébo.

Bonne tolérance et réponse en anticorps neutralisants robuste

Le vaccin a provoqué plus de réactions locales (douleur au point d’injection…) et générales (fièvre, fatigue, céphalées …) que le placébo, mais ces réactions ont été dans l’ensemble légères à modérées et brèves (1-2 jours). La douleur au point d’injection a été rapportée par 74 % des vaccinés après la 1ère dose et 71 % après la 2e dose, et la fièvre par 8,3 % des vaccinés en cumulant les deux doses. De la 1ère dose à un mois après la 2e dose, il y a eu 3,0 % d’évènements indésirables imputés au vaccin vs 2,1 % au placébo. Dix enfants vaccinés ont présenté des adénopathies, et 4 des éruptions. Il n’a pas été signalé de manifestations d’hypersensibilité ou d’anaphylaxie ni de myocardite ou de péricardite, mais le nombre de vaccinés est trop petit et la période de surveillance trop courte (<3 mois) pour détecter des complications rares ou tardives.

Comme le titre d’anticorps protecteur n’est pas déterminé, le pouvoir immunogène du vaccin pour les enfants de 5 à 11 ans a été comparé à celui de sujets plus âgés (« immunobridging »). Un mois après la 2e dose de vaccin les moyennes géométriques des titres [MGT] d’anticorps neutralisants d’enfants de 5-11 ans et de sujets de 16-25 ans, vaccinés avec des doses triples, atteignent des valeurs similaires (ratio des MGT ≥ 1, à 1,04 ; limite inférieure de l’intervalle de confiance IC de 95 % > 0,67, à 0, 93). Dans les deux groupes d’âge, 99,2% des vaccinés ont eu une réponse en anticorps significative. Par rapport à la MGT prévaccinale la MGT post-vaccinale est multipliée par un facteur 118 chez les 5-11 ans vs 111 chez les 16-25 ans.

Efficacité du vaccin estimée à 90 % mais la question de l’intérêt de la vaccination à ces âges reste posée

Sur quatre mois, 3 cas de Covid-19 ont été observés chez les enfants vaccinés qui n’avaient pas fait d’infection à SARS-CoV-2 auparavant (n = 1 305, 322 personne-années) vs 16 chez ceux ayant reçu le placébo (n = 663, 159 personne-années). L’efficacité du vaccin pour prévenir la Covid-19 est donc estimée à 90,7 % (IC de 95 % : 67,4 - 98,3). Il n’a pas été rapporté de forme sévère de Covid-19 ni de MIS-C. Les participants seront suivis jusqu’à 2 ans après la première injection.

Au total, la vaccination par le BNT162b2, avec 2 doses de 10 μg, induit chez les enfants de 5 à 11 ans une réponse en anticorps neutralisants robuste et démontre sa sécurité et son efficacité à moyen terme. Y a-t-il pour autant intérêt à vacciner des enfants d’âge scolaire, bien portants, pour prévenir la Covid-19 ? S’ils font plutôt des formes asymptomatiques ou légères d’infection à SARS-CoV-2, les enfants représentent une part croissante des patients hospitalisés pour Covid-19 et ils jouent un rôle plus actif dans la transmission du SARS-CoV-2 du fait de la vaccination des adolescents et des adultes. Sans plus tergiverser, plusieurs pays ont décidé ou commencé de vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre la Covid-19. Ainsi, les USA vaccinent ces enfants avec le BNT162b2 depuis le 3 novembre.

L’étude soulève aussi la question de savoir si des doses de vaccin inférieures à 30 μg ne sont pas suffisantes pour immuniser les sujets plus âgés…

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Walter EB et coll. : Evaluation of the BNT162b2 vaccine in children 5 to 11 years of age. N Engl J Med., 2021 ; publication avancée en ligne le 9 novembre. Doi :10.1056/NEJMoa2116298

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (12)

  • Et le masque ?

    Le 18 novembre 2021

    L'importance du vaccin est indiscutable en matière de gravité mais ne dispense nullement du masque qui reste l'arme fondamentale en matière de contamination et dont l'emploi s'est bien relâché.

    Dr Bernard Maroy

  • Vaccin = contrôle de la pandémie : signification ?

    Le 18 novembre 2021

    Si le contrôle de la pandémie est la réduction drastique du nombre de cas / tests PCR à quelques évènements / jour ou par semaine, le vaccin (=traitement génique) n'est clairement PAS la solution. Le laboratoire représenté par Gibraltar devrait convaincre les derniers sceptiques ou les dernier croyants! Les cas sont a nouveau en hausse avec un R0 >1.

    Pour ce qui est du contrôle de la mortalité, c'est pas vraiment clair. On pourrait se référer à Gibraltar à nouveau, mais la population (84% <64 ans) n'est pas vraiment adaptée en tirer une quelconque conclusion, puisque >>90% de la mortalité touche la population de > 80 ans.

    Ce qui nous ramène à la vaccination des enfants, discutée dans le cadre du contrôle des cas, car manifestement ce n'est pas pour contrôler la mortalité qu'il faille les vacciner.
    J'adore le propos rassurants sur la sécurité à moyen terme! Quelle durée pour un moyen terme pour un enfant? 1 mois ?
    Non seulement la notion même de principe de précaution a été perdue mais aussi celle de peser l'intérêt vs risque dans une vaccination.

    Dr Andréi Cepleanu

  • Doses inférieures à 30µg chez les plus âgés ?

    Le 18 novembre 2021

    Cette phrase me surprend au moment où l'on conseille le RAPPEL (3e dose ) chez les plus âgés dont la réactivité immunitaire est affaiblie...

    Dr Gilbert Guerrier

Voir toutes les réactions (12)

Réagir à cet article